Impact des images radiologiques alvéolo-interstitielles pré-thérapeutiques sur le développement des pneumopathies induites par l'immunothérapie chez les patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules

Résumé : Introduction. L’immunothérapie (IT) dans le traitement du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) a fait apparaître un nouveau profil de toxicité comprenant les pneumopathies immunomédiées (PIM). Des réserves sont souvent émises quant au traitement par IT des patients présentant des images radiologiques alvéolo-interstitiels (IRAI) préalables. Toutefois, leur présence n’est pas toujours décrite et leur rôle dans le développement des PIM reste inconnu. L’objectif principal de notre étude était d’étudier l’incidence des PIM en présence d’IRAI sur le scanner avant IT. Les objectifs secondaires portaient sur l’incidence des PIM en fonction des caractéristiques cliniques, la comparaison entre comptes-rendus (CR) initiaux et relecture des scanners par les radiologues associés et les données de survie globale (SG) et ans progression (SSP). Matériels et méthodes. Une étude rétrospective a été menée sur des patients atteints de CBNPC traités par IT. Les données cliniques, radiologiques (CR initiaux et relecture) et de traitement ont été collectées à partir des dossiers médicaux informatisés. Résultats. Un total de 156 patients a été inclus, principalement des hommes (n = 108, 69.2%). 120 patients avaient une IRAI initiale et 23 ont développé une PIM au total. La présence d’IRAI sur le scanner initial n’était pas associé avec le fait de développer une PIM, en revanche les bronchectasies de traction présentes avant IT étaient un facteur de risque de PIM (OR 0,25, IC95% [0,71-0,86], p = 0,035). Aucun facteur clinique étudié n’était significativement associé à l’incidence des PIM. La comparaison entre CR et relecture par les radiologues retrouvaient des différences importantes concernant la présence d’IRAI avec des coefficients de variation avant IT de 41,1 % et 52,5 % après IT. La présence de septas interlobulaires (SIL) sur le scanner initial et la présence de symptômes en cas d’IRAI était associée à une moins bonne SG (p = 0,038 et p = 0,051). La SSP était plus courte en présence de SIL (HR 1,52, IC95% [1,07-2,16], p = ,020) ou de micronodules (HR 1,54, IC95% [1,07-2,22], p = 0,021). Conclusion. L’association avec les BT, évocatrice des processus fibrosants, pourrait contraindre à limiter l’IT dans ce contexte et questionne sur l’influence du microbiote et des antibiothérapies sur la survenue de PIM. La grande différence de description d’IRAI pré-thérapeutiques doit nous inciter à améliorer la communication avec les radiologues, notamment sur les traitements envisagés et l’élaboration d’une check-list avant IT.
Type de document :
Mémoire d'étudiant
Sciences du Vivant [q-bio]. 2018
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01924580
Contributeur : La Réunion Université <>
Soumis le : vendredi 16 novembre 2018 - 09:45:02
Dernière modification le : mercredi 21 novembre 2018 - 01:19:40
Document(s) archivé(s) le : dimanche 17 février 2019 - 12:59:06

Fichier

Jean Fanny_35009012_DIFF.pdf
Fichiers produits par l'(les) auteur(s)

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01924580, version 1

Citation

Fanny Jean. Impact des images radiologiques alvéolo-interstitielles pré-thérapeutiques sur le développement des pneumopathies induites par l'immunothérapie chez les patients atteints de cancer bronchique non à petites cellules. Sciences du Vivant [q-bio]. 2018. 〈dumas-01924580〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

29

Téléchargements de fichiers

3