Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude comparée de l'Interdit mélusinien : La Mélusine française de Jean d'Arras et sept de ses analogues irlandais

Résumé : Cette recherche s'intéresse à la Mélusine française de Jean d'Arras Mélusine et la noble histoire des Lusignan et à sept de ses analogues irlandais (Le mal d'enfants des Ulates ou La légende des jumeaux de Macha, La fée du lac d'Inchiquin, Oisin au pays de la jeunesse, les légendes de Loch Tully, l'histoire d'O Glàimhin, L'homme d'Inbhear et la fée et la Mort de Muichertach, fils d'Ecr).
Et plus spécialement encore à l'étude de l'interdit mélusinien qui donne son originalité aux légendes mélusinniennes. Ce mémoire s'efforce donc de comparer l'interdit mélusinien dans deux folklores celtiques au passé commun. Folklore qui s'est vue divisé et transformé par les années et mélangés à d'autres légendes du pays. Le but de cette recherche est de savoir si nous allons retrouver des similarités dans les structures, les formes et les symboliques ou au contraire s'il y aurait des dissemblances. L'intérêt est de voir quels sont ces liens et ses différences qui existent et qu'est ce que l'interdit signifie.
Tout d'abord qu'il est possible de donner une définition générale à l'interdit applicable aux légendes des deux pays. A savoir que l'interdit est toujours formulé par l'être immortel. Qu'il impose à l'homme d'obéir à la fée quelque soit son comportement sans lui faire de reproches. Qu'il est divin et protecteur et plus fort que la fée. Ensuite que malgré ces similitudes il existe des formes d'interdits très variés entre les huit légendes étudiées, qui sont rassemblés ici dans trois grandes catégories qui touchent au cognitif : la vue, le geste et la parole.
Enfin que l'on peut trouver trois fonctions principales à l'interdit :
- des fonctions explicatives c'est-à-dire quelles sont les significations réelles de l'interdit dans la légende, pourquoi c'est interdit existent : par exemple pour cacher la nature de la fée ou pour permettre le bonheur au sein de son foyer...
- des fonctions symboliques ensuite. L'interdit est en effet compensatoire et libérateur pour l'homme et il permet de se poser la question du pouvoir féminin.
- Enfin les fonctions de l'interdit dans le récit qui conditionne et permet la légende.
Un grand lien donc toujours présent entre nos deux folklores qui gardent un souvenir précis des légendes mélusiniennes. Et les différences sont dues finalement à la culture du pays et des mélanges avec d'autres traditions irlandaises.
Cependant ce mémoire est moins centré sur les différences de l'interdit car elles sont dues à la culture, l'histoire, le contexte spatio-temporel de chaque pays. Et plus sur le coté universel et fascinant de la légende dans lequel on va toujours retrouver ce noyau qu'est l'interdit peut importe le pays et qui souligne l'existence d'un imaginaire collectif à tous les hommes.
Ce mémoire à sa petite échelle permet de comparer un point précis dans deux traditions et à montré que ses légendes sont profondément ancré dans le socle mythique (deux pays aux histoires différentes ont des traditions communes qui existent et perdurent depuis des siècles).
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [6 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00531374
Contributor : Lettres Et Arts Uga - Bibliothèque Bulles <>
Submitted on : Tuesday, November 2, 2010 - 3:40:10 PM
Last modification on : Friday, April 9, 2021 - 9:52:43 AM
Long-term archiving on: : Friday, December 2, 2016 - 9:59:01 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00531374, version 1

Citation

Anaïs Merle. Étude comparée de l'Interdit mélusinien : La Mélusine française de Jean d'Arras et sept de ses analogues irlandais. Littératures. 2009. ⟨dumas-00531374⟩

Share

Metrics

Record views

369

Files downloads

2125