Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Naissance de l'auteure entre deux mondes : les débuts d'Assia Djebar

Résumé : Le chapitre premier a montré qu'Assia Djebar a puisé son inspiration dans ses lectures, qu'elle a été influencée par les bestsellers d'une époque, c'est pourquoi l'on peut considérer Bonjour Tristesse comme étant un intertexte de La Soif (un même schéma narratif, une même énonciation, des personnages principaux très proches, un goût pour la poésie déjà bien affirmé) mais il est également un contre-modèle littéraire. L'on sent un véritable désir de la part d'Assia Djebar de se détacher de cette influence et d'affirmer les prémisses d'une originalité (le dédoublement de personnalité de son personnage principal est beaucoup plus travaillé, la problématique de l'entre-deux liée à la position de Nadia dans la société musulmane ainsi que la complexité et la perversité de l'intrigue romanesque chez Assia Djebar déplacent ce roman de la catégorie de « réécriture » vers celle d'œuvre littéraire). L'étude comparée avec Le Bel été de Cesare Pavese a permis de relativiser l'impact de Bonjour Tristesse sur La Soif et a mis en relief des thématiques communes (la relation homoérotique des personnages féminins et la quête d'un idéal proviennent très certainement du Bel été).
Le chapitre 2 essaie de montrer que tous ses thèmes de prédilection étaient déjà présents dans le premier roman, La Soif, et qu'ils n'ont fait qu'évoluer et se développer dans les livres suivants, de même pour les techniques stylistiques qui se sont, au fur et à mesure, considérablement complexifiées et annoncent dès lors avec Les Alouettes naïves les œuvres dites de la maturité qui naîtront dix ans plus tard. Il y a une constance dans l'écriture djebarienne, l'innovation, la nouveauté surgissent de la répétition et d'un travail mené sur la langue. On pourrait dire qu'Assia Djebar ne cesse de réécrire un même matériau littéraire ainsi qu'une même forme littéraire cherchant la juste forme le juste mot... Je rejoindrai ici l'opinion de la critique contemporaine qui fait des Alouettes naïves l'œuvre la plus aboutie de ce premier cycle romanesque. Il est indéniable que ce quatrième roman est un peu en dehors de ce cycle tant la virtuosité d'Assia Djebar explose dans ses pages : la polyphonie, la poésie et la tentation autobiographique sont excessivement bien menées dans ce roman. L'architecture du livre est extrêmement travaillée ce qui permet à l'auteure de large retour en arrière, dans le passé, bousculant ainsi le présent mais aussi l'avenir. La Soif, Les Enfants du Nouveau Monde sont des étapes nécessaires pour que l'écrivaine atteigne une véritable aisance tant au niveau du style que dans le rendu de ses thèmes de prédilection.
Mon troisième chapitre se focalise sur la réception critique des premières œuvres d'Assia Djebar. Le plan de mon mémoire présente chacune de mes grandes parties comme étant un pallier dans la construction de son auctorialité, c'est pourquoi ce chapitre arrive en troisième position. Le regard de l'autre, des autres participent également à l'élaboration de son statut d'auteure. L'étude de la réception critique a permis de mettre en lumière le rôle de la critique dans le choix des thématiques et des procédés stylistiques fait par Assia Djebar. La réception critique a très certainement interféré sur la rédaction des Enfants du Nouveau Monde en attaquant parfois de manière très virulente ces deux premiers romans. Les attentes du lectorat influencent les décisions de l'auteure, même si Assia Djebar ne s'est toutefois pas laissée manipuler par cette critique. Elle réussit en effet à conjuguer avec Les Enfants du Nouveau Monde et Les Alouettes naïves ses propres désirs (ses aspirations littéraires) avec les attentes d'un public. J'ai également voulu souligner par cette étude un côté plutôt négatif et destructeur de la critique lorsque, celle-ci faisant, à un instant donné, une mauvaise lecture d'une œuvre, souvent influencée par la jeunesse de l'écrivain, entraîne le rejet de cette œuvre de nos études littéraires. La critique se trouve donc d'une certaine façon responsable de la dévalorisation d'un corpus encore cinquante ans plus tard ! Il m'a semblé pertinent de mettre en relief également des aspects positifs de la réception critique, qui pousse l'auteure à se dépasser et parfois à explorer certains thèmes ou techniques littéraires, provoquant ainsi régulièrement de surprenantes productions littéraires.
Ce travail de recherche s'inscrit dans une perspective d'histoire littéraire en ce sens qu'il tente de dégager certaines étapes clés dans la construction de l'auctorialité d'une auteure en particulier. En prenant en compte trois pôles : l'influence intertextuelle, intratextuelle et extratextuelle, j'ai tenté de montrer que l'auteure Assia Djebar ne s'est pas faite en un jour mais que son style si caractéristique ainsi que ses préoccupations littéraires qui font d'elle une auteure à part entière et non une écrivaine de romans de gare s'élaborent principalement dans ses œuvres de jeunesse. Ainsi, ce premier cycle romanesque possède un intérêt notoire puisqu'il pose les jalons de son écriture et de son projet romanesque et se doit par conséquent d'être connu et apprécié au même titre que ses ouvrages de la maturité.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [61 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-00557027
Contributor : Lettres Et Arts Uga - Bibliothèque Bulles <>
Submitted on : Tuesday, January 18, 2011 - 12:41:38 PM
Last modification on : Wednesday, April 28, 2021 - 2:08:43 PM
Long-term archiving on: : Friday, December 2, 2016 - 11:54:06 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-00557027, version 1

Citation

Pauline Plé. Naissance de l'auteure entre deux mondes : les débuts d'Assia Djebar. Littératures. 2010. ⟨dumas-00557027⟩

Share

Metrics

Record views

520

Files downloads

8083