«. Observons-une and . Du-peu, est dans cette vie qu'elle prend forme avec la petite commande de ce paysan superstitieux qui, en échange d'un porc, obtient du peintre ce qu'il formule comme le désir d'une image pieuse. C'est le récit d'espoirs déçus, de minimes gentillesses qui finissent en raisins écrasés

L. Pierrot-de-michon, confronté aux grands noms, c'est la conscience et l'aveu d'un échec, d'une impossibilité, p.80

L. S. Cependant and M. Qu, il peint « fut ce qu'on appelle un chef-d'oeuvre, dans sa manière, de petit maître ou de maître » (p.128) Après avoir disséminé la petite existence du peintre en un halo de souvenirs éthérés, Michon, en un mouvement ascendant

. Après-cette-gloire-posthume and . Lorentino-peut-mourir, est à peine une évocation, puis le petit chef-d'oeuvre rejoint enfin ceux de Piero della Francesca, en un même devenir de cendres. Les toiles du maître sont : Des peintures invisibles à cette heure, grises et retombées dans la cendre, ignorantes de tout, du mur qui les porte et de la main, qui par elle voulait ouvrir le mur, pp.101-150

. Watteau, Ce que les biographes ont pu analyser comme manifestation d'un repentir devient, sous sa plume, la preuve crépitante de sa dernière jouissance, ultime hommage de l'agonisant à la sensualité 91

. Dès-trois-heures, Elles pétillaient ; on n'en voyait pas les étincelles, dans l'air blanc le soleil flambait plus fort ; ça n'avait pas beaucoup d'éclat ; c'était juste un petit sacrifice mondain, pas sérieux, dans un palais frivole, ou tout juste un brûlot de fanes, de vieilles nippes immettables qu'un vieux bonhomme fatigué, abbé ou paysan, tout noir et courbé sous d'énormes tilleuls clairs, p.82

A. Watteau-a-passé-subitement, Gersaint, l'un des derniers jours chauds de juillet Au moment suprême, il peignait pour le bon curé de Nogent une crucifixion destinée à remplacer le tableau très médiocre qu'il n'aimait guère. Il est mort avec tous les sentiments de la religion, p.58

L. Ainsi and . De, Watteau prend fin avec la gravité et le ton solennel du sentiment religieux recouvré par un homme qui aura passé sa vie à peindre les séductions et les plaisirs légers. Le dernier paragraphe de la lettre finale fonctionne à la manière d'une épitaphe dont la concision semble travaillée en vue d'une bonne inscription dans la mémoire du lecteur qui, comme le passant auquel on adressait une leçon par l'inscription funéraire, se trouve directement marqué par la solennité et le caractère lapidaire de la formule

. Ce-fut-un-malade-toute-sa-vie, Et toujours il chercha dans le monde quelque chose qui ne s'y trouve qu'en proportion insuffisante, p.58

C. Mort, Contrairement à Pater qui exécute Watteau de manière lapidaire, Michon insiste sur l' « avant-mort », ayant plaisir à imaginer un personnage qui manque de piété et atteint, par cette mort non conventionnelle, une humanité beaucoup plus déchirante. L'essence de l'Art n'est plus ici la noblesse, telle que Pater la poursuit par exemple à travers la mise en scène minimaliste de la mort de Watteau. De la même manière, la mort de Lorenzo chez Garcin inspire la force dionysiaque d'une mort qui est également un ultime orgasme, en un refus du corps mort du biographé. Il n'y a plus dès lors de finalité dans ces Vies de peintres. A la vision d'ensemble, généralisante, colportée par les topoï, s'oppose celle, désespérée mais ô combien plus humaine, d'un peintre singulier dans son comportement, pp.145-150

. Nos, font le choix de l'étrangeté de l'art face à une impossible essence. CONCLUSION A travers l'élaboration de la fiction biographique et le rapport entretenu avec le matériau biographique et les sources se livre un enjeu particulièrement important : celui 92 Communication d'Edouard Pommier. « Winckelmann : des vies d'artistes à l'histoire de l'art », pp.205-228

. Il-semble-qu, chez beaucoup de nos biographes, une peur du discours généralisant et non nuancé, une crainte de l'arbitraire, du définitif. C'est par cette peur que le statut du livre peut évoluer. A travers le fait d'imaginer des faits insignifiants de la vie du peintre, nous décelons un goût prononcé pour ce qui, d'ordinaire, est taxé d'inutile et, pp.au-delà

P. Richard-l-'a-montré,-que-toute-biographie-est-une-«-autobiographie-oblique-et-Éclatée and ». , En effet, à travers l'invention d'une figure de peintre se décèlent souvent des traits d'inspiration proprement personnels. Mais il ne s'agit pas, pour la plupart de nos biographes, de déverser une conception personnelle du parcours d'un peintre -comme le fait Fernandez à propos de Caravage -, mais plutôt de proposer une image du peintre

J. Richard, Communication « Comment devient-on Goya ?, pp.11-19

H. Godard, . La-crise-de-la-fiction, and ». P. Chroniques, In L'éclatement des genres au XXème siècle. Sous la direction de Marc Dambre et Monique Gosselin-Noat, Société d'étude de la littérature française du XXème siècle, pp.81-91, 2001.

B. Oeuvres, A. , and C. , Un épisode dans la vie du peintre voyageur, Marseille, 2001.

B. and H. De, Le chef-d'oeuvre inconnu. Paris, 1981: Editions Garnier- Flammarion

W. Beckford, Vies imaginaires de peintres authentiques. Paris, 1990 : Editions José Corti, Collection romantique n° 24

D. Fernandez, La course à l'abîme. Paris, 2002 : Editions Grasset et Fasquelle

H. and E. T. Fantastiques, Presses de la Renaissance, Club géant fantastique. « L'église des jésuites, pp.343-372

P. Michon, Vie de Joseph Roulin. Lagrasse, 1988 : Editions Verdier

P. Michon, Maîtres et serviteurs. Lagrasse, 1990 : Editions Verdier

M. and P. La-grande-beune, Lagrasse, 1996 : Editions Verdier

P. Michon, Le roi du bois. Lagrasse, 1996 : Editions Verdier

M. Schwob, Vies imaginaires, Editions Gallimard, Collection « L'imaginaire, 1998.

V. , G. Vies, and . Paris, Editions Arts, Berger-Levrault. Tomes II (Cimabue, Giotto, Pisanello) et III, 1550.

V. Llosa and M. , Le Paradis -un peu plus loin, Sine loco, 2003.

W. , O. Le-portrait-de, D. Gray, and . Paris, Editions Pocket, Collection Classiques, 1998.

Z. and E. Paris, Editions Le livre de Poche n° 429, Collection Classiques, 1996.

C. Monographies, C. , and D. , Les genres littéraires. Paris, 1992 : Editions Hachette Supérieur, Collection Contours Littéraires

G. , C. De-l-'écrivain, and A. Tabucchi, Traduction de l'espagnol par, 2001.

. Flammarion, Collection « Etonnants classiques ». 153 p, pp.152-150

M. , D. La, and . Paris, Editions Puf, Collection « Littératures modernes, 1981.

R. Barthes, OEuvres complètes V 1977-1980, 2002.

1. P. La-chambre-claire, Note sur la photographie, pp.785-890

C. Ouvrages-collectifs, A. Pierre-michon, and L. , Actes du premier colloque international Pierre Michon, 2002.

C. , M. , and P. Marie-emmanuelle, Contes, Faits-Divers, Nouvelles, 1700-1820, Actes du colloque d'Exeter, septembre 1998. Collection French Studies of the eighteenth and nineteenth centuries

. Louvre, Ecole nationale Supérieure des Beaux-Arts, Collection Beaux-Arts histoire

A. Travers-le-miroir-de-bonnard-À-buren and . Paris, Musée des Beaux-Arts de Rouen, Editions de la réunion des musées nationaux. 367 p, pp.153-150, 2000.

. Articles-de-périodiques and D. Budor, « Antonio Tabucchi ou la quête d'une identité commune, Revue Transalpina, vol.2, pp.129-138, 1998.

R. and F. «-l-'éthique-du-biographique, Réflexions sur une tradition britannique, pp.80-92

J. Baudry, « Les formes brèves du récit chez Antonio Tabucchi ou le réel décomposé recomposé ». Poitiers : De la brièveté en littérature, Série Les Cahiers Forell, septembre 1993, pp.165-189

». Tabucchi, Romance Studies, pp.55-64, 1991.

G. and A. Pierre-michon, Paris : Initiales, groupement de libraires, décembre 2003. 46 p, pp.154-150

D. Mémoire and C. , Antonio Tabucchi, de la nécessité fragmentaire à la quête d'une recomposition. Mémoire de maîtrise lettres modernes, mention littérature comparée, 1999.

B. Bibliographie-concernant-la-peinture-monographies, U. Masaccio, and . Paris, Editions Gallimard, Collection Maîtres de l'art, 2001.

B. , H. , A. Watteau, and . Paris, Editions Könemann, Collection Maîtres de l'art français, 2000.

C. , M. Piero-della-francesca, and . Milan, Traduction de l'italien par Claude Bonnafont, 1998.

C. , L. Goya-au-pardo, and . Paris, Editions Atlas, Collection Les Passeports de l'Art, 1983.

M. , A. Caravage, and . Paris, Editions Cercle d'art, Collection Points Cardinaux, 1994.

T. , R. Watteau, and . Paris, Editions Gallimard, Collection Maîtres de l'art, 2002.

L. Petit and R. , Dictionnaire de la langue française, 1993.