. Il-voulait-aller-en-france-?-non and . Lui, Ouais? et donc du coup ? Ben j'ai été au Maroc, j'ai fait presque une semaine au Maroc mais le problème, c'était le problème des finances? Si j'avais eu mon argent, je serais parti mais? j'ai pas eu l'argent? Je suis rentré euh? peut-être pour avoir de l'argent, comme je connais maintenant comment ça se passe ! Ouais, c'est ça ! Et ta famille, elle était au courant ? Non, non, non? Je? Non, je ne suis plus gamin. Ils devaient me décourager et tout? Maman, elle m'a toujours découragé, elle ne veut pas que je parte par voie? Et au Maroc, c'était quoi l'option? avion ou bateau ? J'avais toute option, toute option sauf la mer ! Ouais, j'ai toujours? Je ne suis pas le genre? Parce que tous ceux qui vont en mer là, ils n'ont de famille en France, est pour ça qu'ils vont en mer? Je dis même que tous ceux qui vont là, ils n'ont pas de famille là-bas?S'ils avaient des familles, ils ne feraient pas ça. » (Olivier)

. Ma, !. Et-elle-t-'envoie-un-montant?-rien,-Ça-!-c-'est-que-dalle, . Tu, M. Tout-ce-que?-j-'ai-perdu-ma-copine, and . Ma-mère, elle est malade, elle m'a appelé aujourd'hui à 13h00, elle rentrait du boulot Elle m'appelle tout le temps à 13h00 Elle sait, elle connaît l'état dans lequel je peux me retrouver. Elle essaye de me remonter, c'est pas facile, cette histoire-là Au début, elle me disait : Olivier, tu n'es plus mineur » et? Non ! Ce n'est pas ça ! Je sais pas? On s'est décidé qu'on habitait dans un même endroit dans la même ville? Pourquoi ?! » (Olivier) « Je n'ai plus aucun lien avec le Cameron, je savais que ma vie était en France » dit Olivier. Junior considère que « c'était toute ma vie déjà. Pour moi, c'est ma vie à moi

. Dans-cette-attente-faite, incertitude, de marginalité où plus rien ne serait comme « avant », les émigrés retracent leur parcours et donnent sens à cette expérience. Quel regard Pour Chantal, « c'est invivable

«. Je-suis-revenue-comme-un-nouveau-né and . Ma-vieillesse, que je devrais me reposer, être bien, c'est maintenant moi je redeviens comme une petite fille qui commence à vivre à 10 ans, à 15 ans qui attend tout de ses parents Donc c'est case départ où je me trouve là Si j'avais les finances, vous m'auriez déjà trouvé en train de travailler ! Ce que je souhaitais, je croyais réaliser quelque chose, travailler avant, que je prouve quelque chose au lieu qu'on s'en sorte de cette manière. Mais c'est ce blocage-là. Les finances? Quand moi, je demande conseil, on me dit « mais toi, tu rêves ! Tu es en Afrique maintenant ! Tu n'es plus en Europe ! » et tout le monde m'a lâché. (?) Ce n'est que les marchés-là que ça donne. Parce que je ne peux pas aller dans un bureau pour dire secrétaire ou machin là, non ! Ce n'est pas ce que je cherche. Moi, le commerce, c'est dans le sang ! Mais par contre, si moi-même j'avais de l'argent pour faire mon propre commerce, je peux faire un petit restaurant, je prépare très bien, je connais bien la cuisine européenne, africaine? Je peux ouvrir mon petit truc à moi

«. Aujourd-'hui-olivier and . Regrette, Mon avenir, c'était quoi ? C'était trouvé un bon job, en CDI, comme tout le monde? M'installer, me marier, c'est tout. Si j'étais Dieu et que je savais que ça devenait dur de revenir comme ça, je ne serais jamais rentré ! C'est une trahison ! C'est une trahison ! Je serais parti en Allemagne. Tu vois, si j'étais parti en Allemagne après tous ces problèmes, elle [sa copine] pouvait me rejoindre en Allemagne

J. Veut-revenir-À, Tu sais, je cherchais pas des millions mais pour avoir au moins de quoi payer tous les mois, quoi. Tu sais, pour avoir au moins mes 1000 euros par mois pour pouvoir m'occuper des deux petites. Parce qu'eux, ils ne comprennent pas que tu as une autre vie maintenant. (?) En plus moi, j'avais des projets bétons avec des potes et puis j'avais aussi trouver du boulot? » Suite à ce parcours rompu, les personnes rencontrées n'expriment finalement qu'un souhait : « faire ce que j'ai envie de faire, nous dit Chantal. Georges, quant à lui, nous révèle l'ambivalence de la position d'émigré-immigré. C'est finalement une revendication de liberté de mouvements et de circulations qui transparaît dans les discours

«. Avoir-la-possibilité-d-'aller and . Venir, ambivalence et la marginalité de leur situation au Cameroun, certains repères de leur quotidien d'avant, d'en France leur font des défauts ou simplement sont investis de nostalgie : « Paname » pour Henri, un « chéquier » que Junior « n'a même pas ici », le « on est voisin ! » de Georges, ou tout simplement dans la conversion quotidienne des prix camerounais en euros et notamment des salaires ici « dérisoires » au point qu'on ne peut pas « faire une fraction ». Cette expérience de l'ailleurs marque leur quotidien d'après expulsion, parfois avec désillusion et amertume : « tout ça a gâté ma relation avec ma femme

B. E. Bibliographie, . M. Chemillier-gendreau, . J. Costa-lascoux, and . Terray-e, des liens qui se font et se défont selon les contextes dans lesquels ils s'inscrivent. L'ambiguïté des rapports de l'émigré-immigré expulsé avec son pays natal et son, Mais cette rupture brutale du parcours nous révèle également la complexité des appartenances Sans-papiers: l'archaïsme fatal, 1999.

F. M. Bouillon-florence, Terrains sensibles, Expériences actuelles de l'anthropologie, 2005.

C. Stephen, « The political economy of forced migration in the new global order », Séminaire Céri-Sciencespo CEPED-POPINTER (Actes de l'Atelier international, Migrations internationales de retour dans la perspective des pays du Sud, 2004.

C. L. Piperno-f and . Pastore-f, Forced return and then ? Analysis of the impact of the expulsion of different categories of migrants. A comparative study of Albania, Morocco and Nigeria, Final research report produced for the ALNIMA project, Centro Studi di Politica Internazionale, 2002.

F. D. and M. A. Quiminal-c, Les lois de l'inhospitalité : les politiques de l'immigration à l'épreuve des sans-papiers, 1997.

G. A. Van, Les rites de passage, étude systématique des rites de la porte et du seuil, de l'hospitalité, de l'adoption, de la grossesse et de l'accouchement, de la naissance, de l'enfance, de la puberté, de l'initiation, de l'ordination, du couronnement, 1909.

L. M. Moubchir-b, K. Saidi, and E. S. Maataoui, « Enquête auprès de migrants marocains expulsés d'Italie, Critique économique, n°16 « La nouvelle question migratoire. Cas du Maroc », LAHLOU M. (dir.), Eté-automne 2005, pp.163-180

M. Boutang-yann and S. R. , Economie politique des migrations clandestines de main-d'oeuvre, 1986.

F. Du-ministre-de-l, Intérieur et du Ministre de la Justice du 21 février 2006 relatives « aux conditions de l'interpellation d'un étranger en situation irrégulière, garde à vue de l'étranger en situation irrégulière et réponses pénales

R. Sénat and . N°, commission des Affaires étrangères, de la défense et des forces armées, sur le projet de loi autorisant la ratification de l'accord de partenariat entre les membres du groupe des États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique, d'une part, et la Communauté européenne et ses États membres -Rapport d'information sur la mise en application de la, 1119.

-. Les-orientations-de-la-politique, Troisième rapport établi en application de l'article L. 111-10 du code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, Secrétariat général du Comité Interministériel de contrôle de l'immigration, 2006.