Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude des facteurs influençant la mineure dans le choix de la méthode d'interruption volontaire de grossesse : étude prospective au Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux

Résumé : Introduction : L'interruption volontaire de grossesse (IVG) chez les mineures est un problème de santé publique : environ 12000 IVG ont été comptabilisées en 2010. Il existe deux méthodes accessibles à toutes les femmes souhaitant effectuer une IVG : celle médicamenteuse et celle chirurgicale. Au centre d'orthogénie du CHU de Bordeaux, les mineures ont davantage recours à la méthode chirurgicale. L'objectif de cette étude prospective était de déterminer les facteurs pouvant influencer la mineure dans le choix de sa méthode d'IVG. Matériels et méthodes : Cette étude a inclus toutes les mineures qui se sont présentées au CHU de Bordeaux du 1er janvier au 31 décembre 2012 avec une demande d'IVG. Les questions étaient posées par le médecin rencontrant la jeune femme lors de la première consultation et les différentes données étaient consignées dans le dossier de la mineure. Nous avons également interrogé les professionnels de santé des centres d'orthogénie de la région Aquitaine. Résultats : 118 mineures ont été incluses. La moyenne d'âge est de 16,17 ans. Le motif principal de demande d'IVG est leur jeune âge et la volonté de poursuivre des études. Le partenaire est plus fréquemment informé que les parents (85% contre 54%). 44,9% des mineures connaissaient la méthode médicamenteuse. 52 mineures avaient accès aux deux méthodes d'IVG lors de leur première consultation : seules 14 d'entre elles ont réalisé une IVG médicamenteuse et 38 une IVG chirurgicale. Les principaux motifs pour refuser la voie médicamenteuse sont la peur de la douleur et la volonté de ne rien voir. Il n'y a pas de différence significative entre les deux groupes concernant les caractéristiques socio-professionnelles. La seule différence significative est le médecin rencontré lors de la première consultation (p=0,018). Il n'y a pas de différence en fonction de l'information de l'entourage ou du partenaire, du majeur désigné, de l'antécédent d'IVG ou de la méthode abordée au premier contact. 22 professionnels de santé ont répondu au questionnaire. Ils font tous des IVG médicamenteuses. Sur les 5 praticiens hospitaliers, un seul déclare réaliser des IVG médicamenteuses entre 7 et 9 semaines d'aménorrhée. 5 professionnels sont influencés par l'âge de la patiente. 9 d'entre eux tiennent compte de la maturité de la mineure pour déterminer le choix de la méthode d'IVG. Conclusion : Le seul facteur influençant la mineure dans son choix de méthode d'IVG mis en évidence dans l'étude est le médecin rencontré lors de la consultation. Ceci peut s'expliquer par les motivations personnelles de celui-ci mais également par son évaluation de la maturité de la mineure, ce qui peut influencer sur sa décision médicale. Cependant, notre enquête ne peut être généralisée car notre résultat peut s'expliquer par les pratiques propres à chaque professionnel de santé et donc dépendre de chaque centre de planification familiale. Même si l'entourage est très présent autour de l'adolescente, celui-ci n'a pas d'influence sur cette dernière.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [37 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01015404
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Thursday, June 26, 2014 - 2:09:19 PM
Last modification on : Sunday, October 25, 2020 - 7:04:52 AM
Long-term archiving on: : Friday, September 26, 2014 - 12:10:50 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01015404, version 1

Citation

Laure Lagardère-Bechereau. Étude des facteurs influençant la mineure dans le choix de la méthode d'interruption volontaire de grossesse : étude prospective au Centre Hospitalier Universitaire de Bordeaux. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01015404⟩

Share

Metrics

Record views

295

Files downloads

719