Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Supplémentation en fer des femmes non anémiées pendant la grossesse : étude des pratiques professionnelles rétrospective réalisée à l'Hôpital Couple Enfant de Grenoble

Résumé : Introduction : L'anémie gravidique se définit par un taux d'hémoglobine inférieur à 110 g/l aux premier et troisième trimestres de la grossesse et inférieur à 105 g/l au deuxième trimestre. Une alimentation équilibrée est le moyen le plus simple pour prévenir la survenue d'une anémie ferriprive. La plupart des recommandations sont en faveur d'une supplémentation sélective et non systématique après un dépistage biologique de l'anémie et une confirmation de la carence martiale. Certains auteurs stipulent même qu'une supplémentation systématique serait potentiellement dangereuse car favoriserait le stress oxydatif ou les troubles digestifs. Mais qu'en est-il des pratiques au CHU de Grenoble ? Population et méthode : Par une étude rétrospective réalisée au CHU de Grenoble auprès des patientes ayant accouché sur la période du 01/03/2013 au 30/04/2013, ce mémoire décrit la prévalence des femmes non anémiées mais supplémentées par les professionnels du CHU après la Numération Formule Sanguine du sixième mois et compare la prévalence de facteurs de risques d'anémie entre les femmes non anémiées supplémentées et non supplémentées, qui pourraient expliquer la mise en place d'une supplémentation. Résultats : Sur 241 dossiers inclus, 204 patientes ne sont pas anémiées et, parmi celles-ci, 91 sont traitées soit 44,61%. Parmi les patientes ayant un taux d'hémoglobine normal, l'étude ne met pas en évidence de différences statistiquement significatives entre les femmes supplémentées et non supplémentées concernant la prévalence de la précarité (p=0,081 ), des âges extrêmes (p=0,6450), de la grande multiparité (p=0,0909) et des grossesses rapprochées (p=0,1479). Cependant, l'étude retrouve un taux plus important de grandes multigestes dans le groupe des femmes supplémentées (p=0,0007). Bien que la gestité n'appartienne pas aux facteurs de risque d'anémie documentés, cette différence est significative. Conclusion : Concernant la supplémentation par fer au CHU de Grenoble, la pratique des professionnels des consultations obstétricales ne correspond pas toujours aux recommandations référencées. Ainsi, sages-femmes et médecins ont tendance à traiter des femmes non anémiées après lecture de l'hémogramme. Or, un traitement excessif comporte des risques, notamment par aggravation du stress oxydatif présent physiologiquement.
Complete list of metadatas

Cited literature [11 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01025817
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Friday, July 18, 2014 - 2:57:40 PM
Last modification on : Wednesday, July 15, 2020 - 9:38:04 AM
Long-term archiving on: : Tuesday, April 11, 2017 - 3:15:13 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01025817, version 1

Citation

Julie Peignot. Supplémentation en fer des femmes non anémiées pendant la grossesse : étude des pratiques professionnelles rétrospective réalisée à l'Hôpital Couple Enfant de Grenoble. Gynécologie et obstétrique. 2014. ⟨dumas-01025817⟩

Share

Metrics

Record views

593

Files downloads

1031