Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Visite de non contre-indication au sport et prévention primaire cardiovasculaire en médecine générale‎ : quelle place pour l’ECG ? Enquête auprès de médecins en Haute-Normandie

Résumé : Les différentes sociétés savantes internationales ne sont pas unanimes sur le contenu de la Visite de Non Contre-Indication au Sport (VNCIS). L’objet de discussion principal est la place de l’ECG dans le dépistage des pathologies cardiovasculaires lors de cette consultation. OBJECTIFS : 1/ Décrire les pratiques des généralistes face à ces recommandations contradictoires et recueillir leur opinion sur les obstacles à réaliser un dépistage cardiovasculaire et un ECG dans la VNCIS. 2/ Aboutir à la proposition de solutions pour faciliter le dépistage cardiaque dans cette consultation. MÉTHODE : Enquête transversale descriptive réalisée par questionnaire anonyme auprès de 915 médecins entre décembre 2013 et février 2014. RÉSULTATS : 172 médecins généralistes libéraux haut-normands ont été inclus dans l’enquête. 20% des répondants ne pensent pas à demander les antécédents de mort subite familiale, 13.4% n’interrogent pas les patients sur l’existence de symptômes à l’effort et 22.7% ne quantifient pas la pratique sportive du patient. À l’examen clinique, les pouls fémoraux ne sont palpés que par 1 médecin sur 2. Environ la moitié des médecins possède un appareil à ECG et 28% des répondants réalisent au moins un ECG annuel dans le cadre de la VNCIS. En moyenne, les médecins du sport réalisent 10 fois plus de VNCIS et d’ECG annuellement que les autres. Un médecin sur 3 pense que les recommandations d’intégration de l’ECG dans la VNCIS ne sont pas utiles. Pourtant, la validité intrinsèque de l’ECG semble plus importante que celle de l’interrogatoire et de l’examen clinique seuls même si elle est limitée par la définition épidémiologique peu précise de la mort subite. 61.4% des médecins pensent que ce n’est pas applicable en pratique et l’obstacle principal évoqué est le manque de temps (26%). 70% des médecins pensent que réaliser un ECG dans la cadre de la VNCIS n’est pas leur rôle. La cause principale évoquée est une difficulté rencontrée avec l’interprétation de l’ECG (25%), qui est elle-même due à un manque d’expérience pratique (42%). CONCLUSION : Optimiser le dépistage cardiovasculaire de cette consultation passe par une réorganisation des VNCIS dans le but de gagner du temps et d’augmenter l’expérience de l’interprétation d’un éventuel ECG. Espacer les VNCIS, utiliser des auto-questionnaires ou des fiches d’aide à l’interprétation de l’ECG avec des critères précis diminuant les faux positifs, favoriser la mise en réseau des différents intervenants, augmenter les formations médicales et l’information au grand public pour encourager les acteurs à prendre leurs responsabilités, revaloriser la cotation et poursuivre la réforme de simplification administrative, pourraient être des pistes à suivre. Ces propositions passent par des modifications législatives et économiques ainsi que par un changement des comportements. Une volonté des pouvoirs publics est donc indispensable pour que cela se réalise.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [89 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01075437
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, October 24, 2014 - 2:49:56 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 5:00:45 PM
Long-term archiving on: : Sunday, January 25, 2015 - 10:06:32 AM

File

BUCCHIA_Sophie.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01075437, version 1

Citation

Sophie Bucchia. Visite de non contre-indication au sport et prévention primaire cardiovasculaire en médecine générale‎ : quelle place pour l’ECG ? Enquête auprès de médecins en Haute-Normandie. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01075437⟩

Share

Metrics

Record views

290

Files downloads

1020