Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

L'expansion des lymphocytes T gamma-delta peut-elle prédire la résolution de l'infection ou l'émergence d'une souche virale mutée chez les patients transplantés rénaux ?

Résumé : Introduction : Le cytomégalovirus (CMV) en transplantation d'organe solide est associé à une morbidité et une mortalité accrue, en particulier dans le cas de l'émergence d'une souche mutée avec résistance aux traitements anti-viraux. Les études sur l’immunosurveillance devraient fournir des informations cliniques pertinentes sur l'utilité d’étudier la réponse cellulaire T spécifique du CMV. Depuis de nombreuses années, nous avons montré que les lymphocytes T γδ Vδ2neg sont impliqués dans le contrôle de l'infection à CMV. Le but de cette étude était d'évaluer si la cinétique des lymphocytes T γδ Vδ2neg pouvait prédire la résolution de l'infection à CMV chez les patients à haut risque : D+ R- et R+ avec thymoglobuline (R+/ATG), ou l'émergence d'une souche mutée. Méthodes : La cinétique des lymphocytes T γδ Vδ2neg a été décrite chez des patients D+ R- et R+ /ATG, receveurs d’une greffe rénale entre 2003 et 2011. Cette cinétique a été comparée entre les patients infectés et non infectés et entre les patients avec et sans mutation. L’expansion des lymphocytes T γδ Vδ2neg a été estimée par un modèle linéaire mixte, le temps d'expansion a été défini comme étant la date de survenue de cette expansion depuis le début de l'infection. Résultats : 167 patients D+R- (93 avec infection et 74 sans infection) et 104 patients R+/ATG (74 avec infection et 30 sans infection) ont été inclus. L'expansion des lymphocytes T γδ Vδ2neg après une infection à CMV était comparable chez les patients D+ R- et R+/ATG. Le temps d’expansion des LT γδ Vδ2neg était fortement corrélé avec la durée de virémie et la résolution de l'infection (r=0,91 ; p < 0,0001). Près de 90% des patients ont eu une réponse virale soutenue avec virémies négatives dans les 30 jours suivant l’expansion. Le retard d’expansion des LT γδ Vδ2neg était étroitement associé à la présence d'une souche mutée (p < 0,0007). Cette mutation était prédite par la persistance d’une virémie positive 39 jours après l’expansion des LT γδ Vδ2neg T (AUC=0,77). Conclusion : Chez les patients à haut risque, l’expansion des LT γδ Vδ2neg est lié à la résolution de l'infection à CMV. A l'inverse, le retard de l'expansion et la persistance d’une virémie positive après expansion sont prédictifs de la survenue d'une souche mutée. L’immunosurveillance des LT γδ Vδ2neg pourrait être utile lors de l'infection à CMV afin de prédire la résolution de l'infection et l'apparition d'une souche virale mutée.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [63 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01077807
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Monday, November 10, 2014 - 12:34:47 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 5:02:43 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, February 11, 2015 - 3:20:57 PM

File

Med_spe_2014_Kaminski.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01077807, version 1

Collections

Citation

Hannah Kaminski. L'expansion des lymphocytes T gamma-delta peut-elle prédire la résolution de l'infection ou l'émergence d'une souche virale mutée chez les patients transplantés rénaux ?. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01077807⟩

Share

Metrics

Record views

402

Files downloads

489