Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Diabète à anticorps négatifs de l’enfant : présentation, évolution et diagnostic étude d’une cohorte de patients rouennais

Résumé : Le diabète de l’enfant est en augmentation constante. Il est majoritairement de type 1, d’origine auto-immune et donc marqué le plus souvent par la présence d’auto-anticorps. Cependant, 10% environ des enfants diabétiques ne présentent pas d’auto-anticorps au moment du diagnostic. Nos objectifs étaient de caractériser cette sous-population, en la comparant à un échantillon apparié de patients avec anticorps positifs, en particulier pour leurs besoins en insuline et leur équilibre glycémique à distance du diagnostic. Le second objectif était de réaliser de nouvelles explorations à visée étiologique afin de mieux comprendre la physiopathologie de leur dysrégulation glycémique, en vue d’une meilleure adaptation thérapeutique. Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective, observationnelle, monocentrique au CHU de Rouen. Ont été inclus tous les enfants admis en pédiatrie pour une découverte de diabète entre Janvier 2000 et Décembre 2012. Pour chaque enfant, ont été recueillis les données suivantes au moment du diagnostic : âge, sexe, poids, taille, antécédents personnels et familiaux d’auto-immunité, présence ou absence des auto-anticorps (anti-insuline, anti-IA2 (Anticorps anti-tyrosine-phosphatase), anti-GAD (Anticorps anti-glutamate-décarboxylase)), pH, réserve alcaline et hémoglobine glyquée (HbA1C). L’HbA1C et les besoins en insuline ont été relevés à 6 mois, 1 an et 2 ans d’évolution de la maladie. En cas d’absence d’auto-anticorps au diagnostic, de nouveaux dosages d’auto-anticorps (IA2, GAD, ZnT8), un typage HLA et un dosage de peptide C résiduel était réalisés chez les patients toujours suivis dans le service au moment de cette étude. Résultats : 258 enfants ont été inclus dans cette étude. Le dosage des auto-anticorps avait été réalisé pour 221 d’entre eux, âgés de 8,2 ans en moyenne au diagnostic (0,9-15,7). Parmi eux, 24 (10.8%) ne présentaient pas d’auto-anticorps au diagnostic. En appariant sur les facteurs confondants mis en évidence (âge et acidité au diagnostic), les patients sans auto-anticorps présentent des besoins en insuline à 2 ans du diagnostic significativement moins élevés que ceux avec anticorps (0,77 UI/kg/jour vs 0,95 UI/kg/jour, p=0,03). Un contrôle des auto-anticorps couplé à un dosage du peptide C et un typage HLA a pu être réalisé chez 15 patients. Leur diabète évoluait depuis en moyenne 4,2 ans (0,8- 8,4). Cinq d’entre eux présentent un diabète d’allure non auto-immune dont 2 diabètes de type 2 et un diabète par mutation du gène de l’insuline. Conclusion : Dans notre étude, 10,8% ne présentent pas d’auto-anticorps au diagnostic. Cette population particulière montre des besoins en insuline à 2 ans du diagnostic plus faibles que ceux avec anticorps pour un équilibre glycémique équivalent. Le typage HLA et le dosage du peptide C résiduel ont permis d’identifier parmi eux 5 patients présentant un diabète non auto-immun. Cette enquête étiologique présente un intérêt à la fois d’amélioration thérapeutique, de dépistage et dans le conseil génétique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [12 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01079563
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Monday, November 3, 2014 - 10:52:23 AM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, February 4, 2015 - 10:20:25 AM

File

CATOIRE_LAURE.pdf
Files produced by the author(s)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01079563, version 1

Citation

Laure Catoire. Diabète à anticorps négatifs de l’enfant : présentation, évolution et diagnostic étude d’une cohorte de patients rouennais. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01079563⟩

Share

Metrics

Record views

1187

Files downloads

716