Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Freins à la prescription du DIU chez la nullipare‎ : étude qualitative auprès de 12 médecins haut-normands

Résumé : Contexte : Le dispositif intra-utérin (DIU) est un moyen contraceptif sûr, efficace, de longue durée d’action, indiqué chez la nullipare. Objectif : Comprendre les freins des médecins généralistes à la prescription du DIU chez la nullipare et les déterminants de leur attitude concernant l’abord du DIU auprès des jeunes nullipares. Méthode : Étude qualitative, réalisée auprès de 12 médecins généralistes haut-normands, sous forme d’entretiens individuels, entre octobre 2013 et janvier 2014. Analyse après retranscription des enregistrements, sur logiciel Nvivo®. Résultats : Tous les médecins interrogés savaient que le DIU pouvait être posé chez la jeune nullipare, mais tous ne le prescrivaient pas chez ce type de patiente. Certains s’étaient initiés à la pose chez ces patientes, après leurs études, en apprenant auprès de confrères ou seuls. Ils lui reconnaissaient tous un certain nombre d’avantages : confort, coût, efficacité, caractère non hormonal de la méthode. Les patientes étaient plus demandeuses, notamment depuis la polémique concernant les pilules de troisième et quatrième génération. Les freins des médecins à la pose du DIU pouvaient concerner la pose en elle-même de par ses difficultés techniques, son côté chronophage mais aussi certaines caractéristiques des patientes : majorité non atteinte, risque de perdue de vue. Chez la nullipare, les médecins étaient freinés par : la crainte des maladies inflammatoires pelviennes, le caractère intrusif du DIU, la réticence des gynécologues à le prescrire chez ces patientes, mais aussi par une difficulté aux changements d’habitudes. Certains freins étaient propres aux médecins eux-mêmes comme leur statut masculin, leur difficulté à aborder le sujet de la sexualité, la judiciarisation de la médecine et la rémunération de l’acte peu valorisante. Les médecins étaient également confrontés aux appréhensions et aux idées reçues de leurs patientes. Conclusion : Les médecins avaient intégré la possibilité de poser des DIU chez les nullipares mais tous ne le proposaient pas systématiquement à ces patientes en première intention. Il semblerait important de présenter ce moyen contraceptif aux adolescentes. Un changement dans les habitudes tend à s’opérer mais semble difficile pour certains médecins à cause de la notion ancienne d’interdit de cette pratique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01081218
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Friday, November 7, 2014 - 12:32:44 PM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Sunday, February 8, 2015 - 10:30:42 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01081218, version 1

Citation

Claire Méheut-Ferron. Freins à la prescription du DIU chez la nullipare‎ : étude qualitative auprès de 12 médecins haut-normands. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01081218⟩

Share

Metrics

Record views

517

Files downloads

589