Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Télé-pathologie et smartphones‎ : un outil efficace ?

Résumé : L’activité croissante des pathologistes et les hauts niveaux de responsabilité qui lui incombent sont mis à mal par une démographie défavorable. Depuis quelques années, l’essor de la pathologie numérique tente d’apporter des solutions à ces problèmes. Néanmoins, les technologies demeurent onéreuses. Leur ergonomie, bien qu’en constante amélioration, peut également être un frein à leur développement. Nous avons dans un premier temps réalisé un questionnaire soumis aux pathologistes français concernant la télépathologie. Dans un second temps, nous avons cherché à savoir si l’utilisation des smartphones pouvait s’avérer efficace pour le diagnostic de recours en pathologie. Méthodes : Un questionnaire en ligne a été réalisé puis soumis via courrier électronique aux pathologistes inscrits à la Société Française de Pathologie. Une relance était effectuée au 40e jour. Les données étaient exploitées de manière anonyme. Les demandes d’avis externes, les examens extemporanés et les consultations internes étaient confiés à un pathologiste junior en première intention. Les zones d’intérêt étaient sélectionnées puis photographiées à l’aide d’un smartphone de type iPhone 5 (Apple, Cupertino, CA, USA). La manœuvre était facilitée par l’utilisation d’un adaptateur de type SkyLight (SkyLightScope, Oakland, CA, USA). Les cas étaient présentés à un pathologiste senior puis les lames réelles lui étaient présentées. Les éventuelles discordances étaient ensuite analysées. Résultats : 202 pathologistes ont répondu à notre enquête. Près de 96% sont équipés en smartphone. 83% utilisent leur téléphone dans le cadre de leur activité professionnelle. 50% ne savait pas qu’il était possible de photographier des lames à l’aide d’un smartphone. Nous avons inclus 103 cas variés, tous types d’organes, techniques et demandes confondus. Il n’y avait aucune erreur diagnostique. 6 cas sur 117 ne permettaient pas de répondre. Le taux de concordance globale observé était donc de 94,17%, réalisant un Kappa de 0,88. 3 cas extemporanés étaient discordants. Chacun d’entre eux étaient envoyés pour examens des marges d’exérèse. L’absence de WSI était en cause et l’échantillonnage d’images statiques était en cause. 2 cas externes et interne nécessitaient des recoupes ou bien des techniques complémentaires. La télépathologie par images statique était peu adaptée ou l’échantillonnage était insuffisant. La télépathologie n’est pas adaptée à ce type de demandes, indépendamment de l’utilisation de smartphones. Conclusion: Les smartphones permettent de produire des images de qualité à travers un microscope optique classique. Ils produisent des images statiques. Ils permettent d’apporter le plus souvent une aide diagnostique, rapidement, facilement et à faible coût. Il demeure des interrogations concernant l’aspect médico-légal de cette pratique.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [41 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01081704
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Monday, November 10, 2014 - 3:45:51 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 5:00:57 PM
Long-term archiving on: : Wednesday, February 11, 2015 - 3:37:00 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01081704, version 1

Citation

Maxime Arnaud. Télé-pathologie et smartphones‎ : un outil efficace ?. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01081704⟩

Share