Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Facteurs associés à la réponse au traitement antirétroviral de 55 patients pris en charge entre 2003 et 2013 pour une primo-infection par le virus de l’immunodéficience humaine

Résumé : Plusieurs arguments cliniques et immuno-virologiques justifient le consensus actuel en faveur d’un traitement antirétroviral (ARV) précoce de la primo-infection par le VIH (PI VIH) bien qu’aucune étude de niveau de preuve élevé ne l’ait formellement démontré et ne permette d’émettre des recommandations sur la combinaison d'ARV à initier. Objectif. Comparer l’efficacité virologique de différents schémas d'ARV instaurés lors de la PI VIH et déterminer les facteurs prédictifs d'échec virologique (EV) à 6 mois de traitement. Méthodes. Cinquante-cinq adultes traités dans les 3 mois suivant le diagnostic de PI VIH, au CHU de Rouen, entre 2003 et 2013 ont été inclus dans cette analyse rétrospective. L'EV était défini par la 1ère charge virale VIH plasmatique (CV) ≥ 40 copies/ml après 6 mois de traitement. Un test génotypique de résistance aux antirétroviraux (TGRA) ainsi qu'un dosage des ARV étaient réalisés au moment de l'EV. Résultats. Les 55 patients inclus étaient majoritairement des hommes (n=48, 87,3%), d'âge moyen = 35,9 ans, caucasiens (n=50, 90,9%), contaminés par rapport homosexuel (n=29, 52,7%), avec une CV initiale moyenne = 2,6.106 copies/ml, un compte de lymphocytes T CD4+ (LT CD4+) initial moyen = 479/mm3, par un virus VIH-1 de sous-types B (n=30, 54,4 %). 11/55 patients (20%) étaient en EV : 5/14 sous FTC-TDF-LPV/RTV, 1/13 sous 3TC-AZT-LPV/RTV, 2/12 sous FTC-TDF-DRV/RTV, 1/3 sous FTC-TDF-ATV/RTV, 0/3 sous FTC-TDF-LPV/RTV-RAL, 1/3 sous FTC-TDF-DRV/RTV-RAL-MVC, 1/2 sous FTC-TDF-EFV, 0/2 sous 3TC-AZT-NVP, 0/1 sous FTC-TDF-RPV, 0/1 sous AZT-DDI-LPV/RTV, 0/1 sous 3TC-AZT-EFV. Ces 11 patients avaient une CV initiale moyenne = 4,3.106 copies/ml significativement plus élevée que celle des patients en succès virologique (p=0,03) et un compte initial de LT CD4+ moyen = 351/mm3 significativement plus bas (p = 0,04). Leur CV était indétectable, en moyenne, à 14 mois de traitement. Aucune molécule utilisée pour traiter ces 11 patients n'était touchée par la résistance ni sur le TGRA réalisé lors du diagnostic ni sur celui réalisé au moment de l'EV. Le dosage des ARV au moment de l'EV retrouvait une concentration diminuée d'au moins une molécule chez 2/11 patients. En analyse multivariée, aucun facteur prédictif d'EV (âge, sexe, mode de contamination, origine ethnique, sous-type viral, nombre initial de LT CD4+ ou niveau de la CV initiale) n'était retrouvé. Conclusion. Le sous-dosage en ARV peut probablement expliquer 2 des 11 échecs virologiques. La CV initiale n’est pas un facteur prédictif indépendant d’EV mais l’indétectabilité pourrait être plus longue à obtenir chez les patients ayant une CV initiale très élevée.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [116 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01083632
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Monday, November 17, 2014 - 4:09:32 PM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, February 18, 2015 - 12:01:48 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01083632, version 1

Citation

Anne Vandendriessche. Facteurs associés à la réponse au traitement antirétroviral de 55 patients pris en charge entre 2003 et 2013 pour une primo-infection par le virus de l’immunodéficience humaine. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01083632⟩

Share

Metrics

Record views

206

Files downloads

1425