Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Réponse au traitement par dilatation endoscopique selon le sous type d’achalasie

Résumé : Introduction : Le traitement de l’achalasie de l'œsophage n'est pas consensuel. Plusieurs études suggèrent que la réponse au traitement endoscopique dépend du sous-type manométrique d'achalasie. Le but de cette étude rétrospective était d’évaluer la réponse au traitement par dilatation endoscopique en fonction des différents types d'achalasie définis par la classification de Chicago. Patients et méthodes : De janvier 2010 à septembre 2013, 49 patients naïfs de traitement ont été inclus dans l’étude (20 hommes, âge moyen 64,8 +/‐ 17,3 ans). En manométrie haute résolution, les différentes formes d'achalasie étaient les types I (absence de contraction ni de pressurisation œsophagienne), II (pressurisation œsophagienne >20% des cas) et III (contractions œsophagiennes prématurées >20% des cas). Les dilatations pneumatiques ont été effectuées avec des ballonnets de 30 à 40 mm jusqu'à obtention de la rémission clinique (score d’Eckardt ≤3, chaque item <2) puis pendant le suivi en cas de récidive symptomatique. Les facteurs prédictifs de rémission ont été déterminés en analyse univariée puis multivariée selon un modèle de régression logistique. Résultats : Après un suivi médian de 27 mois (ext 5-48 mois), les taux de rémission étaient significativement plus élevés pour les patients qui présentaient une achalasie de type II (76,6%) et de type I (63,6%) que pour les patients présentant une achalasie de type III (25%) (p=0.024). En comparaison avec le type II, le type III était associé de manière significative à un échec des dilatations (OR 9,8 ; IC 95% : 1,6-¬60,2). L’évolution du score d’Eckardt en fonction du temps, était moins bon pour les types III en comparaison aux type I et II (p=0,0006). En analyse univariée outre le type d'achalasie, le sexe féminin (p= 0,016) et nombre de dilatations (p=0,0002) étaient associés à l'échec du traitement. En analyse multivariée, seuls le type d'achalasie (p=0,039) et le sexe féminin (p=0,018) étaient des facteurs d'échec des dilatations. À la fin du suivi, 35 patients (71%) étaient en rémission après traitement par dilatation pneumatique tous types confondus. Sept patients ont été opérés dont 25% des patients présentant une achalasie de type III. Il n'y a eu aucun cas de perforation œsophagienne secondaire aux dilatations. Conclusion : Notre étude confirme que l'achalasie de type III répond moins bien aux dilatations endoscopiques que les types I et II. La dilatation endoscopique, selon le protocole « à la demande » est une procédure efficace, simple et peu morbide.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [163 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01085985
Contributor : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Submitted on : Friday, November 21, 2014 - 3:16:50 PM
Last modification on : Wednesday, August 23, 2017 - 4:30:05 PM
Long-term archiving on: : Friday, April 14, 2017 - 8:24:38 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01085985, version 1

Collections

Citation

Yaeesh Badat. Réponse au traitement par dilatation endoscopique selon le sous type d’achalasie. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01085985⟩

Share

Metrics

Record views

402

Files downloads

7159