Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Angioedèmes bradykiniques en Haute‐Normandie‎ : étude rétrospective de 56 cas

Résumé : Les angioedèmes bradykiniques sont des gonflements sous-cutanés ou sous-muqueux, circonscrits, qui régressent sans séquelle en quelques jours. Ils se différencient des angioedèmes histaminiques par l’absence d’urticaire et de prurit, et sont de pronostic sévère en cas d’atteinte de la filière pharyngo-laryngée. Ces angioedèmes peuvent être héréditaires ou acquis. Les angioedèmes acquis sont surtout d’origine médicamenteuse, liés pour la plupart à la prise d’inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC). Ils peuvent également être héréditaires : la maladie est alors liée à un déficit en C1-inhibiteur dans la majorité des cas (angioedèmes de type I et II). Dans certains cas, ces angioedèmes ne sont pas liés à un déficit en C1-inhibiteur : il s’agit des angioedèmes héréditaires de type III, et des angioedèmes dits « idiopathiques non-histaminergiques ». Objectif de l’étude : L’objectif de ce travail rétrospectif est de décrire les patients pris en charge en Haute-Normandie pour un angioedème bradykinique, que celui-ci soit acquis ou héréditaire. Patients et méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective multicentrique. Les cas d’angioedèmes médicamenteux déclarés au centre de pharmacovigilance régional ont été répertoriés en interrogeant la base de données informatisée MedDRA. Les patients suivis pour des angioedèmes héréditaires au CHU ont été colligés à partir du codage CIM-10 et les patients suivis dans les hôpitaux périphériques ont été recensés par contact téléphonique direct avec les médecins qui les ont pris en charge. Résultats : Vingt-sept cas d’angioedèmes médicamenteux ont été déclarés entre 1993 et 2013 (24 IEC et 3 ARA2). Vingt-deux patients sont suivis pour un angioedème héréditaire : dix-neuf sont considérés comme souffrant d’angioedème de type I, trois d’angioedèmes héréditaires non liés au C1-inhibiteur. Sept patients sont considérés comme souffrant d’angioedèmes idiopathiques non-histaminergiques. Le délai diagnostique est de 8,2 ans pour les angioedèmes de type I, de 7 ans pour les angioedèmes de type III, et de 10,6 ans pour les angioedèmes idiopathiques non-histaminergiques. Les patients victimes d’angioedèmes médicamenteux présentent une atteinte ORL plus fréquente que les patients atteints d’angioedèmes de type I (72% versus 14%). La localisation périphérique est la plus fréquente chez les patients victimes d’angioedèmes héréditaires (100%), suivie de l’atteinte abdominale (71%). Ces localisations sont plus fréquentes que pour les patients atteints d’angioedèmes médicamenteux où elles sont retrouvées dans 7,7% et 3,8% des cas respectivement. Le stress psychologique est le facteur déclenchant le plus fréquemment retrouvé (64%), suivi des traumatismes physiques (50%). La moitié des patients souffrant d’angioedème de type I a un traitement de fond (acide tranexamique ou danazol), systématiquement efficace. Quatre patients suivis pour un angioedème idiopathique non-histaminergique ont utilisé l’icatibant (antagoniste du récepteur de la bradykinine) en cas de crise, avec une efficacité dans 100% des cas. Trois patients ont présenté un angioedème médicamenteux sévère, également traité efficacement par icatibant. Conclusion : Cette étude souligne l’importante prévalence des angioedèmes d’origine médicamenteux. Conformément aux données de la littérature, elle montre que ceux-ci sont associés à des atteintes ORL plus fréquentes. De ce fait, leur prise en charge doit être rapide et l’icatibant pourrait être le traitement spécifique de choix. Les crises périphériques et abdominales sont les plus fréquentes chez les patients souffrant d’angioedèmes héréditaires. Leur récurrence peut devenir invalidante et alors un traitement par acide tranexamique ou danazol est efficace dans la plupart des cas.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadatas

Cited literature [148 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01107555
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Wednesday, January 21, 2015 - 9:16:26 AM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Wednesday, April 22, 2015 - 10:30:12 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01107555, version 1

Citation

Charles Faisant. Angioedèmes bradykiniques en Haute‐Normandie‎ : étude rétrospective de 56 cas. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01107555⟩

Share

Metrics

Record views

317

Files downloads

2849