Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Les atteintes de l'aorte au cours de la polychondrite atrophiante

Résumé : Les atteintes de l'aorte liées à la polychondrite atrophiante (PCA) sont rares, survenant chez 5 à 7% des patients. Méthodes : Le but de ce travail rétrospectif et multicentrique a été de déterminer les caractéristiques cliniques, paracliniques et évolutives des atteintes aortiques chez des patients porteurs de PCA. Le diagnostic d’atteinte aortique a été porté par l’angio-scanner ou l’angio-IRM. Ensuite, nous avons recherché des facteurs prédictifs de mortalité (liée à la localisation aortique) et de rechutes aortiques chez nos patients et ceux issus de notre revue de la littérature. Résultats : Nos patients (6 hommes, 5 femmes) avaient un âge médian de 38 ans. L’atteinte aortique survenait, le plus souvent, dans le cours évolutif de la PCA (90,9%) avec un délai médian de 2 ans. Les patients présentaient les signes d'appel cliniques suivants lors du diagnostic d’atteinte aortique : signes généraux (n=5), syndrome fébrile (n=5), douleurs abdominales (n=2) ou thoraciques (n=1). L’angio-scanner ou l’angio-IRM mettaient en évidence la présence d’une aortite (n=5), d’ectasie (n=3) ou d’anévrysme (n=5) aortique ; les lésions aortiques intéressaient l'aorte thoracique (n=6), abdominale (n=2) ou thoraco-abdominale (n=3). Tous les patients ont reçu une corticothérapie, associée aux immunosuppresseurs dans 90,9% des cas. Chez nos patients et ceux issus de notre revue de la littérature, la mortalité liée à l’atteinte aortique était de 36,4%. Nous avons identifié des facteurs prédictifs du décès des patients : la présence d’une aortite (p=0,0469) ou d’une insuffisance cardiaque (p<0,001), une vitesse de sédimentation plus élevée (p=0,016) et un plus faible nombre de traitements immunosuppresseurs (p<0,001). Le taux de rechutes de l'atteinte aortique au cours de la PCA était évalué à 34%. La présence d’une aortite (73% vs. 29% ; p=0,0265), d’une atteinte aortique abdominale (73% vs. 19% ; p=0,006) et d’une extension de l’atteinte aortique à ses collatérales (64% vs. 19% ; p=0,0198) étaient associées à la survenue de ces rechutes. Conclusion : Notre travail montre que les localisations aortiques représentent une cause importante de morbi-mortalité au cours de la PCA, car elles peuvent se compliquer d'anévrysme et/ou de dissection aortique. Notre étude suggère que la mise en évidence de facteurs prédictifs d’un pronostic péjoratif de l’atteinte aortique pourrait justifier un suivi plus étroit chez ces patients ainsi qu’un traitement plus agressif.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [91 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01112254
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Monday, February 2, 2015 - 3:12:31 PM
Last modification on : Friday, October 23, 2020 - 5:00:54 PM
Long-term archiving on: : Sunday, May 3, 2015 - 10:55:11 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01112254, version 1

Citation

Maëlle Le Besnerais. Les atteintes de l'aorte au cours de la polychondrite atrophiante. Médecine humaine et pathologie. 2014. ⟨dumas-01112254⟩

Share

Metrics

Record views

211

Files downloads

2709