Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Détection automatisée des effets indésirables dans les lettres de sortie : étude de faisabilité au CHU de Grenoble

Résumé : L'estimation de l'incidence et de la prévalence des effets indésirables médicamenteux constitue une étape indispensable dans l'évaluation de l'impact des effets indésirables et dans la mise en place de stratégies de prévention. Afin d'améliorer la surveillance des effets indésirables médicamenteux, nous avons réalisé une étude de faisabilité concernant la détection automatisée des effets indésirables dans les courriers de sortie. La recherche des mots-clés a été effectuée par une lecture systématique de 2045 courriers (échantillon 1), dans lesquels 265 effets indésirables ont été détectés. La détection automatisée des EI a été testée sur ce premier échantillon afin d'optimiser les mots-clés, puis sur un deuxième échantillon de 443 courriers, ce qui a permis d'évaluer la valeur diagnostique réelle de cette méthode. La sensibilité, la spécificité, la valeur prédictive positive et la valeur prédictive négative de cette méthode sont respectivement de 32%, 91,6%, 43,6% et 86,9%. La valeur diagnostique de cette méthode est donc globalement modeste. Elle peut néanmoins être améliorée par la diminution du nombre de faux positifs, en développant informatiquement des critères d'exclusion permettant d'éliminer des termes non évocateurs d'un effet indésirable. Malgré sa valeur diagnostique modeste, cette méthode présente l'intérêt de détecter le plus grand nombre d'effets indésirables sur un temps donné par rapport à toutes les autres méthodes : elle fait gagner un temps considérable par rapport à la lecture systématique des courriers de sortie ou des dossiers des patients ; elle est également nettement plus exhaustive que la notification spontanée. Cependant son utilisation en routine est conditionnée par le niveau d'informatisation des lettres et par la mise au point d'un logiciel réalisant automatiquement cette détection. Cette étude montre que la détection automatisée des effets indésirables dans les courriers de sortie peut être un outil pour la détection en routine, bien que la sensibilité de cette méthode reste médiocre. Le recours à d'autres méthodes automatisées utilisant des structures cognitives, c'est à dire des groupes de mots plus sophistiqués est une alternative afin d'améliorer la sensibilité de la détection des effets indésirables. D'autres pistes comme l'utilisation des données des laboratoires (résultats d'analyses biologiques anormaux) ou de la pharmacie (délivrance d'antidotes) peuvent également être envisageables pour compléter la détection automatisée.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01149580
Contributor : Jean-Hugues Morneau <>
Submitted on : Thursday, May 7, 2015 - 12:02:41 PM
Last modification on : Tuesday, May 11, 2021 - 11:36:18 AM
Long-term archiving on: : Monday, September 14, 2015 - 8:16:20 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01149580, version 1

Citation

Audrey Gering-Souillet. Détection automatisée des effets indésirables dans les lettres de sortie : étude de faisabilité au CHU de Grenoble. Sciences pharmaceutiques. 2006. ⟨dumas-01149580⟩

Share

Metrics

Record views

175

Files downloads

1589