Le médecin généraliste, la sexualité féminine et ses troubles : enquête qualitative après de 11 médecins généralistes des Alpes Maritimes

Résumé : Introduction : La sexualité, depuis la fin du XXe siècle est considérée par la société et par le corps médical comme partie intégrante de la santé et du bien-être des personnes. Malgré cela et une prévalence relativement importante, les dysfonctions sexuelles de la femme sont peu détectées et prises en charge en cabinet de médecine générale. Les objectifs de ce travail étaient de déterminer les facteurs limitant et favorisant l'abord et la prise en charge des troubles de la sexualité de la femme par les médecins généralistes, de décrire leur vision sur ces troubles, leur rôle dans leur prise en charge et de recueillir leurs propositions et leurs attentes afin d'améliorer le soin auprès des femmes.
Matériel et méthode : La méthode utilisée fut qualitative, par le biais d'entretiens semi-dirigés auprès de onze médecins généralistes des Alpes Maritimes, effectués du 29 janvier au 19 mars 2014, d'une retranscription des verbatim et d'une analyse thématique systématique.
Résultats : Outre l'aspect tabou d'aborder la sexualité, les freins principaux sont le manque de traitement médicamenteux rapide et efficace, le manque de temps, le manque de connaissance de ces pathologies qu’ils attribuent à une formation initiale quasi inexistante dans ce domaine, et certaines caractéristiques des patientes comme les âges extrêmes et la religion. Les médecins hommes, pour la majorité, considèrent leur sexe comme un défavorisant par crainte d'être mal interprétés dans leur attention à aborder ces troubles et par crainte d'un transfert positif de la patiente.
Différentes propositions ont été faites afin d'améliorer la prise en charge des dysfonctions sexuelles féminines : une meilleure formation des médecins, une revalorisation de la rémunération et l'information des femmes sur leurs troubles et la possibilité d’en parler à leur médecin généraliste par des campagnes médiatiques.
Conclusion : Ce travail a permis d’identifier que les médecins généralistes sont, après les gynécologues, les premiers recours pour recueillir les plaintes et les attentes des femmes présentant des dysfonctions sexuelles. Ils ont conscience que la sexualité fait partie de la qualité de vie et qu’ils doivent se former pour être totalement aptes à répondre à leurs besoins. Une campagne d’information publique informant les femmes sur ces troubles et leurs modalités de prise en charge permettrait de lever les tabous en les incitant à en parler à leur médecin généraliste. Ces derniers revendiquent la nécessité d’une cotation spécifique pour pouvoir mieux accompagner les femmes pour ces troubles.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [18 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01160319
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : vendredi 5 juin 2015 - 10:15:58
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:53
Document(s) archivé(s) le : mardi 15 septembre 2015 - 11:21:57

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01160319, version 1

Citation

Raphaëlle Gavignet. Le médecin généraliste, la sexualité féminine et ses troubles : enquête qualitative après de 11 médecins généralistes des Alpes Maritimes. Médecine humaine et pathologie. 2014. 〈dumas-01160319〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

147

Téléchargements de fichiers

727