Apport du cliché en Schuss dans le diagnostic de gonarthrose : comparaison du cliché de genou en extension au cliché de genou en Schuss : 2e volet de l'étude "Schuss", étude ancillaire KHOALA

Résumé : Introduction : La radiographie conventionnelle reste le gold standard pour le diagnostic de gonarthrose fémoro-tibiale, avec deux clichés effectués en routine : le cliché en extension antero postérieur et le cliché en Schuss. Notre objectif dans ce deuxième volet de "l’étude Schuss" était de comparer leur valeur diagnostique respective.
Méthodes : Cette étude a inclus les 350 premiers sujets ayant participé à l’enquête de prévalence nationale d'arthrose de genou et de hanche « 3000 arthroses », étape préalable à la constitution de la cohorte KHOALA. Une radiographie de chaque genou en extension et en Schuss avait été réalisée. Toutes les radiographies ont été interprétées en aveugle par un lecteur unique. L’arthrose était définie par un stade de Kellgren-Lawrence (KL) ≥ 2. Le grade de KL, le pincement fémoro-tibial, les ostéophytes et la sclérose sous-chondrale étaient comparés entre les 2 clichés. Les différences entre les variables dichotomiques étaient évaluées par le test de MacNemar.
Résultats : Les 350 sujets avaient un âge moyen de 58 ± 9 ans, avec 76.4% de femmes. Le diagnostic d’arthrose radiographique (KL ≥ 2) a été porté sur les clichés en extension de 95 (27.1%) genoux droits et 72 (20.6%) genoux gauches, et sur les clichés en schuss de 83 (23.7%) genoux droits et 64 (18.3%) genoux gauches, avec une tendance à la supériorité du cliché en extension. Le cliché en Schuss a montré une meilleure aptitude à détecter la présence d’un pincement fémorotibial, quelque soit le genou, de manière statistiquement significative (p=0.027 à droite et p=0.0090 à gauche). Il n’a pas été mis en évidence de différence entre les deux types de clichés pour la détection des ostéophytes, avec cependant une tendance à une meilleure performance au niveau du condyle externe avec le cliché en Schuss. La détection de la sclérose sous chondrale n’était pas différente entre les 2 types de clichés.
Discussion : Ce deuxième volet de l’"étude Schuss" confirme la supériorité du cliché en Schuss seul pour détecter la présence d’un pincement de l’interligne fémoro tibiale et montre qu’il n’y a pas de supériorité du cliché en extension pour détecter la présence d’ostéophytes. On pourrait être amenés, au vu de ces résultats, à proposer l’utilisation du cliché en Schuss seul en pratique courante pour le diagnostic de gonarthrose fémoro-tibiale.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [170 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01160835
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : lundi 8 juin 2015 - 10:28:55
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:48
Document(s) archivé(s) le : mardi 15 septembre 2015 - 12:06:34

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01160835, version 1

Citation

Agnès Danré. Apport du cliché en Schuss dans le diagnostic de gonarthrose : comparaison du cliché de genou en extension au cliché de genou en Schuss : 2e volet de l'étude "Schuss", étude ancillaire KHOALA. Médecine humaine et pathologie. 2014. 〈dumas-01160835〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

2433

Téléchargements de fichiers

8442