Rôle du médecin généraliste dans la promotion du don d'organes et de tissus auprès du grand public : intérêt d'une évaluation de pratiques répondant aux critères de Développement Professionnel Continu (DPC)

Résumé : Introduction : En 2012, plus de 17 000 personnes étaient en attente de greffe, mais seules un tiers d'entre elles ont pu être greffées par manque de greffons. Une des principales causes de cette pénurie est l'opposition au prélèvement d'organes (34o/o en France, stagnant depuis environ dix ans). En réalité seuls 14 à 16 % des sujets en France seraient opposés à ce don. Ce sont les proches qui, n'étant pas au courant de la position du défunt, préfèrent refuser le prélèvement en son nom par protection de celui-ci. N'existerait-il pas un rôle du médecin généraliste dans la communication sur le don d'organes et sa promotion ? La mise en place d'outils de formations répondant aux critères du Développement Professionnel Continu (DPC) ne pourrait-elle pas les aider à accomplir cette mission, devenue un impératif de Santé Publique ?
Méthode : Nous avons mené auprès d'un échantillon de médecins généralistes une étude descriptive, observationnelle, d'évaluation des pratiques professionnelles (par suivi d'indicateurs) sur le thème du don d'organes, répondant aux critères (énoncés par I'HAS) de DPC en trois phases (évaluation des pratiques, analyse partagée de l'existant et séquence de formation présentielle à distance, évaluation d'une modification éventuelle de pratiques). Sous l'égide de FMC action PACA, organisme agréé par I'OGDPC, nous avons construit un programme de formation, proposé au niveau national aux médecins généralistes.
Résultats : Cette étude a porté sur un premier panel de 15 médecins généralistes participant à une FMC traditionnelle, mettant en évidence leur déficit de connaissances sur le thème du don d'organes, et leur souhait d'implication. 27 autres médecins ont ensuite accepté de participer à un cycle de formation sur le thème, selon la méthode du DPC, montrant l'intérêt de ce programme sur leurs modifications de pratiques (initiation d'une discussion sur le don d'organes avec leur patient, manière d'aborder le sujet, connaissance et utilisation du site internet de l'Agence de la Biomédecine, mise en place de documents sur le sujet dans leurs cabinets).
Conclusion : Le médecin généraliste a un rôle essentiel dans la promotion du don d'organes. La mise en place d'outils de DPC sur le thème devrait lui permettre de l'accomplir et d'agir favorablement sur le taux d'opposition au prélèvement, réduisant ainsi le nombre de décès en liste d'attente de greffe.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [1 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01165149
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : jeudi 18 juin 2015 - 14:56:54
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:48
Document(s) archivé(s) le : mardi 15 septembre 2015 - 18:55:59

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01165149, version 1

Citation

Virginie Perriquet. Rôle du médecin généraliste dans la promotion du don d'organes et de tissus auprès du grand public : intérêt d'une évaluation de pratiques répondant aux critères de Développement Professionnel Continu (DPC). Médecine humaine et pathologie. 2014. 〈dumas-01165149〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

138

Téléchargements de fichiers

785