Apport d'une technique de biologie moléculaire (ONYCHODIA®, Bioadvance) dans le diagnostic biologique des onychomycoses

Résumé : Les onychomycoses sont des pathologies fréquemment rencontrées en dermatologie, représentant jusqu'à 50% des onychopathies. Leur prévalence est en constante augmentation depuis quelques années. Les facteurs de risque en sont multiples. Dans la majorité des cas c'est un dermatophyte qui est identifié, mais des levures et des moisissures peuvent également être isolées en culture. Parmi les dermatophytes, T. rubrum représente à lui seul de 70% à plus de 90% des identifications selon les études. Mais malgré l'aspect souvent très évocateur de certaines altérations unguéales, le diagnostic d'une onychopathie d'origine fongique nécessite l'identification du champignon en cause, afin de pouvoir mettre en place un traitement adapté. L'examen direct et la mise en culture de l'échantillon sont les deux techniques classiquement employées, mais directement conditionnées par la qualité du prélèvement. La technique que nous avons étudiée (ONYCHODIAG®, Bioadvance) est basée sur l'amplification, par PCR, du domaine V4 du gène de la sous-unité ribosomale 18S. La révélation de la présence d'ADN dermatophytique dans l'échantillon est ensuite effectuée en format microplaque de type ELISA. Une lecture de densité optique permet ensuite de classer les échantillons en trois groupes : échantillon contenant de l'ADN de dermatophyte, échantillon situé dans une zone douteuse et échantillon ne contenant pas d'ADN de dermatophyte. Nous avons comparé les résultats obtenus par cette technique à ceux des techniques classiques. Parmi les 100 échantillons étudiés, 56 se sont révélés positifs en culture. Un dermatophyte a été identifié dans 75% des cas, T. rubrum représentant 64,3% des cultures positives (36 échantillons) et T. mentagrophytes variété interdigitale (6 échantillons). Le dermatophyte peut être retrouvé seul, associé à une levure ou, à une moisissure. Onychodiag® confirme la présence de dermatophyte pour 81% des cultures ayant permis leur isolement. Le résultat est discordant pour 8 cultures : 2 échantillons sont classés en zone grise et 6 échantillons sont rendus négatifs par la PCR alors qu'un dermatophyte avait été mis en évidence en culture. Des levures et des moisissures ont été isolées dans 14 échantillons, la présence d'ADN de dermatophyte par PCR est mise en évidence pour 3 d'entre eux. Enfin, pour 44 échantillons dont la culture est restée stérile, la PCR détecte la présence d'ADN de dermatophyte pour 15 d'entre eux, 13 ayant un examen direct positif. La spécificité de 91% et la sensibilité de 81% pour cette technique PCR la rend donc plus sensible et spécifique que les techniques de diagnostic classique. Même si elle nécessite quelques matériels spécifiques de biologie moléculaire, elle reste accessible. Son avantage est de permettre un diagnostic rapide d'une onychomycose à dermatophyte, par la mise en évidence de l'ADN fongique directement à partir du prélèvement. Le résultat peut être obtenu en 48h, mais elle ne permet pas un diagnostic d'espèce. Elle semble donc peu adaptable à d'autres prélèvements tels que la peau ou les cheveux, pour lesquels l'identification est indispensable. La PCR ne permettant pas de mettre en évidence la présence de levures et de moisissures, étiologie non exceptionnelle d'onychomycoses et ne pouvant être ignorée, elle ne remplace pas la culture mais vient en complément de celle-ci. Le coût élevé est également un élément à prendre en compte. Par contre, cette technique présente un grand intérêt pour les échantillons qui mettraient en défaut les techniques classiques de diagnostic, du fait d'un traitement antifongique ou par la mauvaise qualité du prélèvement effectué par du personnel non expérimenté.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2006
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [91 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01165697
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : vendredi 19 juin 2015 - 18:03:47
Dernière modification le : vendredi 28 septembre 2018 - 18:40:02
Document(s) archivé(s) le : mardi 15 septembre 2015 - 19:42:04

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01165697, version 1

Citation

Catherine Rolland. Apport d'une technique de biologie moléculaire (ONYCHODIA®, Bioadvance) dans le diagnostic biologique des onychomycoses. Sciences pharmaceutiques. 2006. 〈dumas-01165697〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

145

Téléchargements de fichiers

1216