Évaluation et analyse de la ré-hospitalisation précoce des patients de plus de 65 ans dans un centre hospitalier de proximité : étude observationnelle rétrospective au centre hospitalier d’Oloron-Sainte-Marie du 1er octobre 2013 au 30 septembre 2014

Résumé : But de l’étude : Notre travail a pour objectif d’évaluer le taux de ré hospitalisation, dans les trente jours après leur sortie, des patients de plus soixante-cinq ans hospitalisés et ré hospitalisés par le biais des urgences. Dans un deuxième temps, nous analyserons la fragilité de cette population et nous définirons le taux de ré hospitalisations qui auraient pu être évitées. Le but est de pouvoir repérer et mieux encadrer les patients à risque de ré hospitalisation précoce évitable et d’améliorer notre pratique. Matériel et méthode : Nous avons réalisé une étude rétrospective incluant les patients âgés de 65 ans et plus, hospitalisés et ré hospitalisés par le biais des urgences au Centre Hospitalier d’Oloron-Sainte-Marie, entre le 1er octobre 2013 et le 30 septembre 2014. Nous avons retrouvé 2021 patients sur un an. Nous avons extrait les patients ré hospitalisés précocement (dans les 30 jours). Nous avons donc analysé 152 dossiers de patients ré hospitalisés de manière inattendue (par les urgences) dans les 30 jours ayant suivi leur sortie. Pour chaque ré-hospitalisation, nous avons évalué la fragilité initiale du patient par le biais du score ISAR. Nous avons analysé le caractère évitable de cette ré- admission en recherchant dans chaque dossier, les critères évitables définis et validés par l’étude Suisse HALFON. Enfin, nous avons évalué le taux de ré-hospitalisations évitables. Résultats : Dans notre étude, on note une fragilité importante avec 97% des patients ré-hospitalisés ayant un score ISAR supérieur à 2 et donc nécessitant une évaluation gériatrique. La majorité des ré hospitalisés était, au premier séjour, hospitalisée en MCO. Pour 17% d’entre eux ils l’étaient pour un oedème du poumon, 16% pour une chute, 12 % pour une complication palliative et pour 10% une infection pulmonaire. Dans notre étude, uniquement 18% des patients fragiles en première hospitalisation étaient évalués par un gériatre et moins de 25% lorsqu’ils venaient pour une chute. De plus, on note seulement un tiers des courriers transmis le jour de la sortie. On évalue lors de la ré-hospitalisation plus de 80% des patients hospitalisés en MCO contre 11% en gériatrie. Ils sont en majorité ré-hospitalisés à 18% pour un oedème du poumon, à 18% pour une situation palliative connue, à 16% pour une infection du poumon et à 14% pour une chute. On compte 25% d’évaluation gériatrique à la deuxième hospitalisation. On réalise qu’après une ré-hospitalisation, 30% des patients ne rentreront pas au domicile et 10% décèderont. L’analyse des critères d’HALFON démontre que 61% des ré-hospitalisations sont évitables. Sont en cause dans ce caractère évitable une majorité de sorties prématurées, de thérapies inadaptées et de courriers envoyés hors délais légaux. Le taux de ré-hospitalisations évitables sur un an dans ce Centre Hospitalier est donc de 4.6% pour les hospitalisations faites par les urgences des patients de plus de 65 ans. Conclusion : Dans cette étude concernant la ré-hospitalisation précoce, nous avons mis en exergue l’importance du repérage de fragilité dès l’entrée par le biais du score ISAR. Associé à ce repérage, il apparait à la lecture de ces résultats que l’évaluation gériatrique est primordiale dans un délai rapide permettant de mieux orienter le patient. En effet, il parait essentiel chez la personne âgée fragile de discuter l’indication d’hospitalisation et de repérer le service le plus adapté à accueillir la situation toujours singulière d’un patient. Notre évaluation permet également de rappeler que la transition ville hôpital est essentielle pour éviter la ré-hospitalisation précoce. Il faut donc privilégier la rédaction d’un courrier le jour de la sortie du patient. Il faut également mieux articuler les prises de décisions avec les intervenants extérieurs, acteurs d’autonomie du patient. Dans ce processus, l’équipe mobile de gériatrie est le recours de choix intra hospitalier pour permettre une interaction ville/hôpital dynamique et optimale pour le patient et diminuer les ré-hospitalisations évitables.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [18 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01187423
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mercredi 26 août 2015 - 16:50:44
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:32
Document(s) archivé(s) le : vendredi 27 novembre 2015 - 11:04:18

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01187423, version 1

Collections

Citation

Lavéna Nédélec. Évaluation et analyse de la ré-hospitalisation précoce des patients de plus de 65 ans dans un centre hospitalier de proximité : étude observationnelle rétrospective au centre hospitalier d’Oloron-Sainte-Marie du 1er octobre 2013 au 30 septembre 2014. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01187423〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

137

Téléchargements de fichiers

638