Impact de l’analyse chromosomique par puce à ADN (ACPA) sur les représentations maternelles et l’état émotionnel des mères

Résumé : Les nouvelles techniques d’analyse chromosomique par puce à ADN (ACPA), après la découverte d’une anomalie échographique fœtale, ont complexifié les enjeux du diagnostic anténatal (DAN).
Objectif : évaluer l’impact du diagnostic prénatal par ACPA sur l’état émotionnel des mères et leurs représentations d’elles-mêmes et de leurs futurs enfants.
Méthode : c’est une étude transversale par entretiens semi-structurés dans le post-partum immédiat. Nous avons comparé trois groupes de femmes. Un groupe de dix femmes avec la présence de signes d’appel échographiques fœtaux qui ont ensuite été explorés par ACPA et dont les résultats étaient normaux. Un deuxième groupe de dix femmes ayant eu une grossesse sans anomalie échographique fœtale dépistée. Enfin, un troisième groupe de dix-huit femmes pour qui il a été retrouvé des signes d’appel échographique en 2007 avant l’introduction de l’ACPA dans les méthodes de DAN et dont l’enfant à la naissance était bien portant. Deux variables ont été analysées : les représentations maternelles par l’IRMAG (l’Interview of Maternal Representations of Attachment) et l’état émotionnel des mères par l’analyse du niveau d’anxiété (échelle de Covi et auto-questionnaire « état » de Spielberger) et du niveau de dépression (échelle de Raskin).
Résultats : en comparaison au groupe témoin, les patientes du groupe ACPA avaient un niveau de dépression significativement plus élevé (score de Raskin 3,8 vs 2), des représentations avec des perceptions plus pauvres (score à l’IRMAG 2,5 vs 3,8), un discours moins structuré (3 vs 4,1) avec moins d’émergence des fantaisies (2,1 vs 3,5) et une plus grande dépendance sociale (3 vs 2). Leur niveau d’anxiété ainsi que leur ouverture au changement, leur intensité d’investissement et de différenciation de l’enfant étaient similaires aux témoins. En comparaison au groupe de 2007 qui n’a pas bénéficié d’une ACPA, les patientes du groupe ACPA avaient des scores d’anxiété et de dépression similaires. Il n’a pas été trouvé de différence dans la richesse de leurs perceptions, la cohérence de leur discours, leur dépendance sociale et leur émergence des fantaisies. L’intensité de l’investissement et la différenciation (3,2 vs 2,4) de l’enfant étaient cependant significativement plus élevées dans le groupe ACPA que dans le groupe n’ayant pas eu ce type de DPN.
Conclusion : Le diagnostic prénatal avec ACPA s’accompagne d’une augmentation des traits dépressifs et d’une altération des représentations maternelles après la naissance d’un enfant finalement bien portant. Cet impact n’est pas différent de ce qui était observé dans des situations diagnostiques analogues avant l’introduction de cette méthode.
Type de document :
Mémoires
Gynécologie et obstétrique. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [29 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01191897
Contributeur : Catherine Liron <>
Soumis le : mardi 15 septembre 2015 - 15:55:39
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:30:52
Document(s) archivé(s) le : lundi 28 décembre 2015 - 22:47:26

Licence


Distributed under a Creative Commons Paternité - Pas d'utilisation commerciale - Pas de modification 4.0 International License

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01191897, version 1

Citation

Margaux Decherf. Impact de l’analyse chromosomique par puce à ADN (ACPA) sur les représentations maternelles et l’état émotionnel des mères. Gynécologie et obstétrique. 2015. 〈dumas-01191897〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

266

Téléchargements de fichiers

318