Le diabète atypique à tendance cétosique de l’adulte originaire d’Afrique subsaharienne‎ : étude de 16 patients recensés en Seine-Maritime

Résumé : Introduction : Depuis quelques décennies, des études rapportent l’existence d’un diabète « atypique » prédominant dans les populations d’origine africaine. Ce diabète a des caractéristiques particulières compliquant sa prise en charge et sa classification. Il a été nommé « diabète atypique à tendance cétosique » (DATC) dans notre étude. L’objectif principal était d’étudier le phénotype des patients DATC originaires d’Afrique subsaharienne et leur prise en charge thérapeutique dans notre département. Méthodes : Cette étude rétrospective comparait 16 patients DATC originaires d’Afrique subsaharienne, avec 16 diabétiques de type 1 (DT1) et 16 diabétiques de type 2 (DT2) non appariés. Les patients étaient tous hospitalisés à la découverte du diabète et suivis pendant quelques mois. Les données cliniques, biologiques et thérapeutiques ont été analysées dans ces 3 groupes. Résultats : 75% des patients DATC étaient des hommes. L’âge moyen de découverte des DATC (42,9 ± 3,7 ans) était significativement différent des DT1 (32,1 ± 2,6 ans). Le poids, l’IMC (24,9 ± 1 kg/m²) et le périmètre abdominal (90 ± 3 cm) étaient supérieurs à ceux des DT1 et significativement inférieurs aux DT2. Au cours du suivi, il y a eu une reprise de poids pour les DATC et les DT1, contrairement aux DT2. Biologiquement, la glycémie initiale moyenne était plus haute dans le groupe DATC (5,4 ± 0,5 g/l). Dans les 3 groupes, la découverte du diabète s’est principalement faite sur un mode cétosique, avec une valeur élevée de l’HbA1C (environ 13%). Lors du suivi, le taux d’HbA1C a significativement diminué chez les DATC (6,4 ± 0,3 % avec p< 0,001). Sur le plan thérapeutique, les patients DATC sont sortis de l’hôpital sous insuline (87,5%) avec une forte dose moyenne (0,66 ± 0,08 unités/kg/J). Il y avait une différence significative avec les DT2 sur ces données. Dans le groupe DATC, l’insulinothérapie et la prescription de sulfamides hypoglycémiants étaient moins fréquentes au bout de quelques mois, et la dose moyenne d’insuline significativement inférieure à la dose initiale (p= 0,007). La fréquence de patients DATC atteints d’hypoglycémies durant le suivi était élevée (61,5%). Conclusion : Cette étude confirme le phénotype complexe des patients DATC originaires d’Afrique subsaharienne, proche du DT1 sur certains aspects et du DT2 sur d’autres. Les hypoglycémies fréquentes chez les DATC et parfois sévères, nécessitent une surveillance particulière. Il est donc important de diagnostiquer ce diabète afin d’adapter le suivi et le traitement. D’autres recherches semblent nécessaires pour comprendre les mécanismes physiopathologiques du DATC et améliorer sa prise en charge.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [47 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01203010
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : mardi 22 septembre 2015 - 10:41:31
Dernière modification le : jeudi 7 décembre 2017 - 12:34:13
Document(s) archivé(s) le : mardi 29 décembre 2015 - 07:06:15

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01203010, version 1

Citation

Grégoire Brunel. Le diabète atypique à tendance cétosique de l’adulte originaire d’Afrique subsaharienne‎ : étude de 16 patients recensés en Seine-Maritime. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01203010〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

367

Téléchargements de fichiers

634