Effet de la stimulation magnétique transcrânienne dans le traitement des paralysies fonctionnelles

Résumé : Les paralysies fonctionnelles sont un diagnostic fréquent, associées à un risque de chronicisation et de handicap fonctionnel importants. Il n’existe pas de consensus concernant leur prise en charge. La stimulation magnétique trans-crânienne (SMT), par son effet neuromodulateur, pourrait constituer une alternative prometteuse. Objectifs : Evaluer l’efficacité de la SMT dans le traitement des paralysies fonctionnelles en comparant les effets d’une SMT effective à une SMT placebo. Méthodologie : Nous avons réalisé une étude prospective, randomisée contre placebo, en aveugle, au CHU de Rouen. Les patients atteints de paralysies fonctionnelles selon les critères du DSM-IV R étaient randomisés dans le bras SMT effective à faible fréquence ou dans le bras SMT placebo. Les séances de SMT (60 stimulations par jour) étaient réalisées sur 2 jours (J0 et J1). L’évaluation du déficit moteur était réalisée à J2. Le recueil des effets indésirables était également réalisé. Résultats : De septembre 2010 à mars 2015, 38 patients ont participé à cette étude. La population était constituée de 30 adultes (21 F, 9 M), et 8 enfants de moins de 18 ans (5 F, 3 M). L’âge était de 36,2 ± 13,7 ans (min – max : 12 – 64 ans). Les déficits moteurs les plus fréquents étaient une hémiparésie (n = 15) et une paraparésie (n = 12). La durée du déficit était de 724 jours ± 2286 jours (min – max : 1 - 10950). La durée du déficit moteur était classée en aiguë si le délai de prise en charge était inférieur ou égal à 30 jours après leur survenue. Au moins un facteur déclenchant a été identifié chez 76 % de la population (n = 29). Dix huit patients ont été randomisés dans le bras SMT effective et 20 dans le bras SMT placebo. Une amélioration significative du déficit moteur était retrouvée dans le bras SMT effective (p = 0,002) et dans le bras SMT placebo (p = 0,016). Chez les patients ayant présenté un déficit aigu il existait une différence significative à J2 entre le bras SMT effective et SMT placebo (p = 0,004) contrairement aux patients ayant un déficit chronique (> 30 jours) (p = 0,43). Chez les patients ayant été randomisés dans le bras SMT placebo et n’ayant pas eu d’amélioration significative à J2 (n = 14) la réalisation d’une SMT effective retrouvait une amélioration significative de 61 % de l’état moteur entre ces deux traitements (p = 0,0028). Il n’existait pas de différence significative de survenue d’effets indésirables entre les 2 groupes (p = 1), principalement représentés par des céphalées et des cervicalgies. Conclusion : La SMT à faible fréquence dans les paralysies fonctionnelles est donc un traitement efficace et bien toléré, et semble d’autant plus efficace qu’elle est administrée précocement par rapport à l’installation du déficit.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [143 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01205595
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 25 septembre 2015 - 17:57:13
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : mardi 29 décembre 2015 - 09:24:55

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01205595, version 1

Citation

Alexis Demas. Effet de la stimulation magnétique transcrânienne dans le traitement des paralysies fonctionnelles. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01205595〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

147

Téléchargements de fichiers

1617