Place des comparaisons indirectes dans l’évaluation des médicaments en vue de leur accès au remboursement en France

Résumé : En France, la Haute Autorité de Santé (HAS) joue un rôle prédominant dans l’admission des médicaments au remboursement. Elle doit pouvoir disposer de données comparatives pour pouvoir évaluer un nouveau médicament. Aussi, devant le manque d’essais contrôlés randomisés versus l’ensemble des comparateurs, les laboratoires pharmaceutiques ont de plus en plus recours à des méthodes dites de « comparaisons indirectes » qui permettent de comparer l’efficacité de deux traitements par l’intermédiaire de l’efficacité respective de ces deux traitements par rapport à un comparateur commun, le plus souvent un placebo. L’objectif de ce travail de thèse est de déterminer la place et l’impact de ces méthodes de comparaisons indirectes dans l’évaluation des médicaments par la HAS. Deux études rétrospectives ont été menées. La première a analysé les comparaisons indirectes dans les avis de la Commission de la transparence (CT) entre 2009 et 2014. Environ 50% (30/61) des comparaisons indirectes relevées dans les avis (n=60 avis) durant cette période ont été jugées invalides et inacceptables d’un point de vue méthodologique par la CT. Environ 10% des comparaisons indirectes (6/61) étaient valides, ont permis de hiérarchiser les traitements, et allaient dans le sens de l’Amélioration du service médical rendu (ASMR) attribué. L’autre étude rétrospective a analysé les avis d’efficience émis par la Commission d’évaluation économique et de santé publique (CEESP) en 2013 et 2014. Sur les 14 avis d’efficience relevés, 4 comportaient des comparaisons indirectes (29%), et celles-ci ont toutes été jugées acceptables par la CEESP. Ces deux études ont montré que la CT utilise, sous réserve de leur qualité méthodologique, les résultats des comparaisons indirectes comme preuves complémentaires et contributives, et non pas comme éléments déterminants sur lesquels se fonde l’ASMR. La CEESP, quant à elle, valide fréquemment les résultats des comparaisons indirectes intégrés dans les modèles médico-économiques, avec les mêmes réserves méthodologiques. Cette différence apparente dans la manière de considérer et d’utiliser les comparaisons indirectes par ces deux commissions de la HAS peut s’expliquer par les objectifs différents qui sont les leurs.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [93 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01206476
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mardi 29 septembre 2015 - 10:34:14
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:29:36
Document(s) archivé(s) le : mercredi 30 décembre 2015 - 10:25:23

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01206476, version 1

Collections

Citation

Marine Guichard. Place des comparaisons indirectes dans l’évaluation des médicaments en vue de leur accès au remboursement en France. Sciences pharmaceutiques. 2015. 〈dumas-01206476〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

123

Téléchargements de fichiers

231