Parcours de soins des urgences traumatiques simples‎ : analyse et pertinence

Résumé : Depuis 2002, le nombre de passages aux urgences n’a cessé de croître provoquant l’engorgement de cette institution précieuse. Les pathologies traumatiques arrivent en tête des motifs d’admission avec les motifs médico-chirurgicaux. L’objectif principal de ce travail était d’étudier le parcours de soins des patients et les raisons de cette affluence aux urgences. L’objectif secondaire était d’estimer le nombre de prises en charge envisageables en ambulatoire.
Matériel et Méthode
Il s’agissait d’une étude transversale descriptive réalisée dans 3 structures d’urgences de Seine-Maritime dont un CHU (Rouen), un CHI (Elbeuf) et une clinique privée (Rouen). La période de l’étude s’étendait du 15 janvier au 13 février 2015. L’outil de base est un autoquestionnaire subdivisé en 2 parties : l’une destinée au patient et l’autre au médecin. Les critères d’inclusion étaient un âge inférieur à 75 ans, avoir une pathologie traumatique ou microtraumatique, être venu aux urgences par ses propres moyens et être classé CCMU 1 ou 2.
Résultats
319 questionnaires ont été récoltés dont 314 exploitables. 61,9 % des patients étaient des hommes. La moyenne d’âge des patients étaient de 29,6 ans. 50,5 % des patients avaient au moins un niveau baccalauréat. 89,7 % des patients ont consulté aux urgences pour leur premier contact avec le système de soins. Ils évoquaient en moyenne 1,6 raison pour leur consultation aux urgences. 43,8 % d’entre eux venaient aux urgences car ils pensaient avoir besoin d’une radiographie et 27,5 % pour la proximité de l’hôpital. Les pathologies les plus représentées étaient les entorses (26,9 %) et les contusions (21 %). Selon les urgentistes, 79 % des patients auraient pu être pris en charge en ambulatoire (à condition de bénéficier d'une radiographie pour 25,5 % d’entre eux et à condition que le médecin de ville soit équipé matériellement pour 5,6 % d’entre eux). 3 % des patients ont dû être hospitalisés pour une prise en charge chirurgicale.
Conclusion
Pour les pathologies traumatiques courantes, les patients consultaient préférentiellement aux urgences, avant tout pour des raisons pratiques (prise en charge complète en un lieu unique). Cependant, la plupart de ces pathologies auraient pu être prises en charge en médecine de ville. La question de la réorganisation du système de soins ambulatoire se pose (intérêt des pôles de santé pluridisciplinaires), de même que le problème de la formation des médecins généralistes.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01207691
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : jeudi 1 octobre 2015 - 10:53:08
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : samedi 2 janvier 2016 - 10:56:40

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01207691, version 1

Citation

Audrey Maxit. Parcours de soins des urgences traumatiques simples‎ : analyse et pertinence. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01207691〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

120

Téléchargements de fichiers

311