Cancer du sein inflammatoire non métastatique : à propos d’une série rétrospective de 140 patientes traitées à l’Institut Bergonié entre 1989 et 2010

Résumé : Introduction : Le cancer inflammatoire mammaire (CIM) ou Inflammatory breast Cancer (IBC) est une pathologie rare de pronostic péjoratif mais dont l’incidence est en augmentation constante. La prise en charge de l’IBC est liée à deux problématiques principales : le contrôle locorégional et métastatique. Les études sur le sujet sont le plus souvent rétrospectives et à faible effectif. L’objectif de cette étude est d’évaluer l’impact de la mastectomie sur la survie des patientes, et secondairement de mettre en évidence d’éventuels facteurs pronostics. Matériels et Méthodes : Il s’agit d’une étude rétrospective monocentrique. La population incluse dans l’étude regroupait les patientes âgées de moins de 70 ans traitées à l’institut de 1989 à 2010 pour un cancer inflammatoire mammaire unilatéral classé cT4dNxMo ayant reçu une chimiothérapie néo-adjuvante (CNA). Nous avons divisé la population en deux groupes de traitement : le groupe « mastectomie »et le groupe « pas de mastectomie » puis en quatre sous-groupes: le groupe mastectomie +radiothérapie adjuvante (MCA+RTH), radiothérapie néoadjuvante +mastectomie (RTH+MCA), radiothérapie exclusive (RTH exclusive) et le groupe mastectomie partielle+ radiothérapie adjuvante (MP+RTH). Nous avons évalué quatre critères pour ces groupes de traitement : la survie globale (SG), la survie sans rechute (SSR), la survie sans métastase (SSM), et le contrôle local (CL). Secondairement, nous avons recherché l’existence de facteurs pronostics pouvant interagir sur ces mêmes paramètres. Résultats : La population analysée comprenait 140 patientes âgées en moyenne de 51 ans. Nous avons observé une différence significative à 5 ans sur le CL (76.3% vs 61.1% p=0.03) en faveur du groupe « mastectomie ». Les différences en faveur du groupe « mastectomie » sur la SG (47.3% vs 39.8% p=0.2), la SSR (36.3% vs 25.2% p=0.1), et la SSM (36.9% vs 28.2% p=0.3) n’étaient, elles non significatives. Après l’analyse des quatre sous-groupes, nous avons observé une amélioration de la survie globale (74.0 %, p=0.02) et de la survie sans récidive (54.8% p=0.01) pour le groupe MCA+RTH par rapport aux autres groupes. La réponse à la chimiothérapie néo-adjuvante était un facteur pronostic pour les 4 critères. Le statut ganglionnaire clinique initial et la présence de récepteurs hormonaux influaient sur la SSR, la SSM et sur le CL mais pas sur la SG. Le grade tumoral influait uniquement sur le contrôle local. Conclusion : La mastectomie dans le traitement trimodal de l’IBC semble être justifiée. Des études prospectives à grand effectif semblent difficiles à réaliser étant donné la rareté de la pathologie mais confirmeraient cette impression.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [98 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01212384
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : mardi 6 octobre 2015 - 15:24:21
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:32:36
Document(s) archivé(s) le : jeudi 7 janvier 2016 - 10:44:52

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01212384, version 1

Collections

Citation

Adèle Dessaint. Cancer du sein inflammatoire non métastatique : à propos d’une série rétrospective de 140 patientes traitées à l’Institut Bergonié entre 1989 et 2010. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01212384〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

165

Téléchargements de fichiers

676