Dénutrition et toxicités des chimiothérapies dans le traitement du cancer bronchopulmonaire

Résumé : Le cancer broncho-pulmonaire est la première cause de décès par cancer en France. Lors du diagnostic, plus de 50% des patients sont métastatiques et environ 60% d’entre eux sont dénutris. La majorité de ces patients recevront en première intention une chimiothérapie souvent à l’origine d’effets secondaires. La relation entre dénutrition et toxicité des chimiothérapies est peu étudiée dans ce contexte. Patient et méthodes – Il s’agissait d’une étude rétrospective observationnelle effectuée entre juin 2014 et janvier 2015 au sein des services de Pneumologie des hôpitaux Charles Nicolle et Bois Guillaume du CHU de Rouen. Nous avions inclus tous les patients hospitalisés pour une première ligne de chimiothérapie pour un cancer broncho-pulmonaire localement avancé ou métastatique. Les malades ont été répartis en deux groupes selon leur état nutritionnel (Groupe 1 – patients dénutris (pourcentage de perte de poids supérieur à 10%), Groupe 2 – patients non dénutris). Résultats – 60 dossiers ont pu être analysés. 14 patients (23,5%) avaient un carcinome à petites cellules, 46 (76,5%) un cancer pulmonaire non à petites cellules dont 33 (55%) étaient des adénocarcinomes. 15 (25%) patients avaient une perte de poids > 10% et ont été considérés comme dénutris (groupe 1). Ils présentaient plus de toxicités hématologiques (anémie grades 3 et/ou : n=4 (26,5%) versus n=2 (4,5%) (p=0,0298); thrombopénie grades 3 et/ou 4 : n=4 (26,5%) versus n=1 (2,25%) (p=0,0118)). Ils n’avaient en revanche pas plus de leucopénie ni d’autres effets indésirables. Les patients dénutris étaient significativement plus altérés (statuts OMS 0/1 : 2 patients dans le groupe 1 (13,5%) vs 42 patients dans le groupe 2 (93%) (p=0,0003)), avaient plus de diabète (n=6 (40%) versus n=3 (6,5%) (p=0,0053)), recevaient moins de cisplatine (n=1 (6,5%) versus n=16 (35,5%) (p=0,0458)) et de pemetrexed (n=2 (13,5%) versus n=26 (57,5%) (p=0,0031)). La médiane de survie des patients dénutris était significativement plus basse (4,5 mois contre 11 mois pour les patients du groupe 2 (p<0,0001)). Conclusion – La dénutrition chez les patients affectés d’un cancer broncho-pulmonaire localement avancé ou métastatique favorise la survenue de toxicité hématologique (anémie et thrombopénie) au cours d’un traitement par chimiothérapie et est associée à une diminution de la survie. L’impact d’une prise en charge nutritionnelle spécifique sur la toxicité des chimiothérapies et la survie de ces patients pourrait être évalué dans d’autres études.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01216377
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : vendredi 16 octobre 2015 - 10:58:52
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : lundi 18 janvier 2016 - 06:00:18

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01216377, version 1

Citation

Marion Abelleira. Dénutrition et toxicités des chimiothérapies dans le traitement du cancer bronchopulmonaire. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01216377〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

160

Téléchargements de fichiers

772