Impact de l'adhérence et de la persistance aux hormonothérapies orales sur la mortalité des patientes traitées pour un cancer du sein

Résumé : Contexte : La non-persistance et la mauvaise adhérence aux hormonothérapies orales (inhibiteurs de l’aromatase et tamoxifène) sont des phénomènes qui ont préalablement été identifiés chez les patientes traitées pour un cancer du sein hormono-sensible. Néanmoins, il existe peu de données qui permettent à ce jour d’estimer leur impact sur la mortalité. Objectif : L’objectif de cette étude est d’évaluer l’impact de la non-persistance et de la mauvaise adhérence aux hormonothérapies orales sur la mortalité des patientes traitées pour un cancer du sein. Méthode : Une cohorte rétrospective de patientes, ayant initié une hormonothérapie orale entre 2006 et 2008, et survivantes un an après l’initiation du traitement, a été constituée à partir des données de remboursement de l’Échantillon Généraliste de Bénéficiaires (EGB) de l’assurance maladie française. Les patientes ont été suivies 5 ans après l’initiation de leur traitement ou jusqu’à leur décès. A partir de cette cohorte, une étude cas-témoin nichée a été réalisée afin d’évaluer l’impact sur la mortalité de ; 1) la non-persistance aux hormonothérapies (interruption > 90 jours) ; 2) la mauvaise adhérence aux hormonothérapies (MPR < 80 %). Les patientes décédées au cours de la période d’étude, ont été identifiées comme des cas. Les témoins (1:3) ont été sélectionnés parmi les patientes vivantes à la date de décès des cas (date index) et ont été appariés sur la durée de traitement. L’association entre ces indicateurs et la mortalité toute cause a été évaluée par régression logistique conditionnelle, globalement, pour la 1re année de traitement et pour l’année précédant la date index. Résultats : Au total, 125 cas et 374 témoins ont été identifiés dans cette étude. Globalement, les patientes avec une mauvaise adhérence (ORadj=5,3, IC95% [3,0 ; 9,6]) et les patientes non-persistantes (ORadj=2,5, IC95% [1,3 ; 4,9]) avaient un risque plus élevé de décéder. Cette association n’a pas été retrouvée pour la 1re année de traitement (mauvaise adhérence : 1,8, IC95% [1,0 ; 3,4]) ; non-persistance : 0,7, IC95% [0,2 ; 2,7]). Pour l’année précédant la date index, les patientes avec une mauvaise adhérence avaient un risque plus important de décéder (ORadj=4,1, IC95% [1,3 ; 13,3]). Aucune association n’a été retrouvée pour la non-persistance (ORadj=0,3, IC95% [0,1 ; 3,2]). Conclusion : Cette étude a mis en évidence que la mauvaise adhérence et la non-persistance aux hormonothérapies orales avaient un impact sur la mortalité qui variait au cours du temps.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [60 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01216648
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 16 octobre 2015 - 15:41:49
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:33:32
Document(s) archivé(s) le : jeudi 27 avril 2017 - 06:56:49

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01216648, version 1

Collections

Citation

Pauline Bosco-Lévy. Impact de l'adhérence et de la persistance aux hormonothérapies orales sur la mortalité des patientes traitées pour un cancer du sein. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01216648〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

107

Téléchargements de fichiers

154