Anti-Inflammatoires non stéroïdiens consommés en automédication : évaluation du niveau de connaissance de 334 patients de cabinets de médecine générale des Alpes-Maritimes

Résumé : Introduction :
Les Anti-Inflammatoires Non-Stéroïdiens (AINS) font partie des médicaments les plus utilisés dans le monde. L’ibuprofène est le seul AINS à être disponible en vente libre, et les autres sont délivrés sur ordonnance médicale, mais en raison du conditionnement des médicaments en France, l’utilisation d’AINS anciennement prescrits est fréquente. Compte tenu de la gravité potentielle de leurs effets indésirables, nous nous sommes interrogés sur le niveau de connaissance de la population générale à leur sujet. Notre objectif principal était d’évaluer les connaissances sur les AINS des patients de médecine générale. Un des objectifs secondaires était de déterminer les principales sources de l’automédication par AINS.
Matériels et méthode : Nous avons mené une étude transversale, descriptive, en distribuant un questionnaire aux patients de douze cabinets de médecine générale du département des Alpes-Maritimes, du 1er octobre 2013 au 30 novembre 2013.
Résultats :
Trois-cent trente-quatre patients ont été inclus. La moyenne d’âge de la population globale était de 49,02 ± 16,45. Les AINS les plus utilisés en automédication étaient l’ibuprofène (56.3%), l’acide acétylsalicylique (16.3%), et le diclofénac (11.8%). Dans la population globale, 79.7% des patients savaient que les AINS pouvaient entraîner des épigastralgies, 65.5% des interactions médicamenteuses, 56.9% des ulcères gastroduodénaux, 47.6% des allergies, 30% des hémorragies digestives, 28.4% une toxicité rénale, 23.3% des effets secondaires d’ordre cardiovasculaires, et 14.7% l’aggravation de certaines infections. Dans le sous-groupe de patients qui prenaient des antiagrégants plaquettaires ou des anticoagulants oraux, un patient sur deux ne savait pas que l’association de deux AINS était contre-indiquée. Les principales sources d’automédication par AINS étaient l’utilisation d’un médicament anciennement prescrit par un médecin (38.1%), et l’achat en pharmacie sur conseil du pharmacien (37.2%).
Discussion :
Le niveau de connaissance global sur les AINS des patients de médecine générale est faible. La source principale d’automédication par AINS de ces patients est le recours à la pharmacie familiale, à travers l’utilisation de médicaments anciennement prescrits par un médecin. Ces résultats soulignent la nécessité de politiques d'éducation thérapeutique, ainsi qu'une réflexion approfondie sur le déconditionnement des médicaments.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2014
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [48 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01219849
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : vendredi 23 octobre 2015 - 14:07:51
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:53
Document(s) archivé(s) le : dimanche 24 janvier 2016 - 13:34:51

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01219849, version 1

Citation

Pauline Sivry. Anti-Inflammatoires non stéroïdiens consommés en automédication : évaluation du niveau de connaissance de 334 patients de cabinets de médecine générale des Alpes-Maritimes. Médecine humaine et pathologie. 2014. 〈dumas-01219849〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

181

Téléchargements de fichiers

1678