Grossesse, obésité et syndrome des apnées du sommeil‎ : état des connaissances et résultats de l’étude prospective "GOS"

Résumé : En 20 ans, le nombre d’obèses en France a doublé y compris chez les femmes en âge de procréer. L’obésité chez les femmes enceintes est un facteur de risque indépendant bien connu de complications maternelles, foetales et néonatales. C’est également le principal facteur de risque du syndrome des apnées du sommeil (SAS). La prévalence et les effets du SAS en cours de grossesse sont encore mal connus. Objectifs : L’objectif principal de cette étude est d’établir la prévalence du SAS et sa gravité dans une population de femmes enceintes obèses sévères au 3e trimestre. Les objectifs secondaires étaient de déterminer les facteurs de risque de SAS en cours de grossesse, de comparer la morbidité maternelle, foetale et néonatale en fonction de la présence ou non d’un SAS et d’évaluer l’évolution des SAS à 6 mois du post-partum. Matériels et méthodes : Il s’agit d’une étude de cohorte prospective multicentrique chez des femmes enceintes dont l’IMC était supérieur ou égal à 35 kg/m² en début de grossesse. Les facteurs de risque de SAS avant et en cours de grossesse ont été recueillis à l’inclusion. Un SAS a été recherché entre 30 et 36 semaines d’aménorrhées par polygraphie ventilatoire nocturne. Puis, nous avons comparé la morbidité maternelle, foetale et néonatale dans les groupes SAS négatifs et SAS positifs. À 6 mois du post-partum, une 2e polygraphie a évalué la persistance du SAS. Résultats : Cent-soixante-dix patientes ont été incluses entre juillet 2011 et juillet 2014. La prévalence du SAS au 3e trimestre de la grossesse était de 42,4% (n=72), celle du SAS modéré à sévère était de 15,2% (n=16). Les facteurs prédictifs de SAS retrouvés étaient le ronflement à 30 SA et/ou son aggravation (p=0,0016) et le périmètre abdominale (p=0,03). Le SAS pendant la grossesse était un facteur de risque d’HTA gravidique (p=0,0067), de césarienne avant travail (p=0,0278) et le percentile des nouveau-nés était supérieur à ceux du groupe SAS négatif (p=0,03). À 6 mois du post-partum, le SAS avait disparu chez 13 patientes (26%). Ces patientes avaient un IMC inférieur à celles qui étaient toujours atteintes de SAS. Conclusion : le SAS au troisième trimestre de la grossesse est une pathologie fréquente chez les femmes enceintes obèses sévères et ses conséquences sur l’HTAG sont majeures. Le traitement du SAS par la ventilation par pression positive continue est bien toléré pendant la grossesse et permettrait de traiter l’HTAG due au SAS. Ainsi, chez ces patientes, un diagnostic précoce associé à une prise en charge adaptée devrait permettre de diminuer les complications que nous avons observées. La disparition du SAS à 6 mois de la grossesse suggère l’existence d’un SAS gestationnel.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [152 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01220961
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : mardi 27 octobre 2015 - 10:46:36
Dernière modification le : vendredi 13 avril 2018 - 16:44:02
Document(s) archivé(s) le : jeudi 28 janvier 2016 - 10:39:46

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01220961, version 1

Citation

Hélène Muszynski. Grossesse, obésité et syndrome des apnées du sommeil‎ : état des connaissances et résultats de l’étude prospective "GOS". Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01220961〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

310

Téléchargements de fichiers

774