Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Otomycose à aspergillus‎ : étude rétrospective, expérimentation in vitro et proposition d’un protocole thérapeutique

Résumé : L’otomycose est une pathologie fréquente en ORL. Elle est le plus souvent bénigne mais peut s’avérer grave lorsqu’elle devient invasive. En France, un seul traitement est conditionné et à l’autorisation de mise sur le marché pour une administration intra-auriculaire dans ce contexte. Il s’agit de l’Auricularum® contenant de la nystatine. Nous nous heurtons très souvent à un échec de ce traitement vis-à-vis de Aspergillus sp. Le but de cette étude est d’établir un protocole de traitement de l’aspergillose d’oreille.
Matériels et méthodes :
Il s’agit, d’une part, d’une étude rétrospective analysant les dossiers de 47 patients suivis de 1995 à 2015 pour une otomycose à Aspergillus sp en relevant les données épidémiologiques, les symptômes, les traitements utilisés et l’évolution de la maladie.
D’autre part, nous avons mené une expérimentation in vitro afin de tester l’efficacité de l’Auricularum® sur des isolats d’Aspergillus prélevés chez ces mêmes patients.
Résultats :
47 patients ont présentés une otomycose à Aspergillus sp. 31 patients avaient des antécédents otologiques (66%), 9 patients avaient une perforation tympanique, 4 avaient une cavité d’évidement.
Le nombre de consultations était en moyenne de 11, et la durée moyenne de suivi était de 10 mois. 5 otomycoses se sont compliquées d’une exposition osseuse du conduit auditif externe, 3 d’une perforation tympanique, 1 d’une otomycose invasive avec labyrinthite. 16 patients présentaient une otomycoses aigues traitée par Auricularum®, nous avons constaté 2 échecs du traitement (14,3%). 21 patients présentaient une otomycose chronique, nous avons constaté 19 échecs du traitement par Auricularum® (90%).
Parmi les traitements antifongiques locaux, 27% des cures de traitements polyèniques ont été efficaces, contre 63% des cures de traitements azolés. 12 patients ont bénéficié d’un traitement antifongique par voie générale et 4 d’une prise en charge chirurgicale.
In vitro, la nystatine avait une CMI > 4μg/ml vis à vis de tous les isolats cliniques d’Aspergillus testés. On constate une inhibition de la croissance aspergillaire de tous les isolats lorsqu’elle est utilisée à concentration équivalente à l’Auricularum®. L’Auricularum® solution est également efficace in vitro sur tous les isolats mais est difficile à appliquer sur les champignons hydrophobes.
Conclusion : L’Auricularum® semble un bon traitement de première intention des otorrhées « laiteuse ». Par contre, il est préférable d’avoir recours à un traitement local antifongique pur semi-liquide lorsque l’otomycose est avérée. Sur un tympan perforé, l’utilisation d’un traitement liquide sur mousse auriculaire diminue le risque d’ototoxicité. Le traitement per os adapté à l’antifongigramme est réservé aux otomycoses rebelles, compliquées ou invasives.
Document type :
Master Thesis
Complete list of metadata

Cited literature [48 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01223769
Contributor : Bibliothèque Santé <>
Submitted on : Tuesday, November 3, 2015 - 2:16:29 PM
Last modification on : Monday, December 2, 2019 - 10:24:01 AM
Long-term archiving on: : Thursday, February 4, 2016 - 11:03:34 AM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01223769, version 1

Citation

Mathilde Savalle. Otomycose à aspergillus‎ : étude rétrospective, expérimentation in vitro et proposition d’un protocole thérapeutique. Médecine humaine et pathologie. 2015. ⟨dumas-01223769⟩

Share

Metrics

Record views

4431

Files downloads

15198