Étude pilote de l'effet de l'administration de la L-Lysine sur la sécrétion d'aldostérone et de cortisol chez le volontaire sain

Résumé : Les cellules corticosurrénaliennes sont soumises à un contrôle complexe impliquant, outre les facteurs circulants comme l’ACTH, l’angiotensine II et le potassium, des facteurs régulateurs libérés au sein du cortex surrénalien par les cellules chromaffines, les cellules endothéliales, les cellules du système immunitaire et les fibres nerveuses. Ces signaux bioactifs, qui incluent des neurotransmetteurs conventionnels-peptidiques et des cytokines influencent la sécrétion de corticostéroïdes par le biais de mécanisme autocrines et paracrines. Ainsi, la sérotonine (5-HT), produite par les mastocytes intra-surrénaliens, stimule la sécrétion d’aldostérone et à un moindre degré de cortisol par l’intermédiaire des récepteurs 5-HT₄. Le rôle physiologique du contrôle sérotoninergique de la corticostéroïdogénèse reste imprécis chez l’homme en raison notamment de l’absence d’antagonistes 5-HT₄ synthétiques utilisables pour un usage clinique. Pour contourner cette difficulté, nous avons choisi d’utiliser la L-Lysine, acide aminé essentiel, qui se comporte in vivo et in vitro comme un antagoniste 5-HT₄, pour étudier l’implication du récepteur 5-HT₄ dans la régulation des sécrétions d’aldostérone et de cortisol. L’effet d’une prise orale de 4,95g de L-Lysine sur les sécrétions surrénaliennes a ainsi été évalué chez 20 volontaires sains de sexe masculin au cours d’une étude pilote, en cross-over, menée en double aveugle contre placebo. Nos résultats montrent que l’administration de L-Lysine chez des volontaires sains n’a aucun impact sur les sécrétions basales d’aldostérone, de cortisol et de rénine. De même, la L-Lysine n’a aucune influence sur les sécrétions d’aldostérone et de cortisol stimulés respectivement par les épreuves d’orthostatisme, le régime sans sel et le synacthène. En revanche, la L-Lysine a significativement réduit la réponse de l’aldostérone à un agoniste du récepteur 5-HT₄, le métoclopramide. Ces données indiquent que la L-Lysine est effectivement capable d’antagoniser in vivo le récepteur 5-HT₄ corticosurrénalien. Elles ne permettent cependant pas de préciser le rôle physiologique de la 5-HT surrénalienne. Elles suggèrent malgré tout que la L-Lysine pourrait représenter un traitement potentiel des hypercorticismes associés à une augmentation du tonus sérotoninergique intra-surrénalien comme l’hyperaldostéronisme primaire ou les syndromes de Cushing secondaires à des lésions surrénaliennes surexprimant le récepteur 5-HT₄, telles que les hyperplasies macronodulaires bilatérales des surrénales.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [71 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01235995
Contributeur : Bibliothèque Universitaire Rouen <>
Soumis le : mardi 1 décembre 2015 - 10:27:57
Dernière modification le : mardi 5 juin 2018 - 10:14:34
Document(s) archivé(s) le : samedi 29 avril 2017 - 01:10:25

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01235995, version 1

Citation

Caroline André. Étude pilote de l'effet de l'administration de la L-Lysine sur la sécrétion d'aldostérone et de cortisol chez le volontaire sain. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01235995〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

94

Téléchargements de fichiers

125