Évaluation des pratiques des médecins généralistes sur la prescription des anticoagulants oraux directs (dabigatran pradaxa®, rivaroxaban xarelto® et apixaban eliquis®) chez les personnes âgées de plus de 75 ans sur le secteur sanitaire palois

Résumé : À la recherche de l’anticoagulant idéal, les laboratoires pharmaceutiques ont développé les anticoagulants oraux directs (AOD), le dabigatran etexilate (Pradaxa®), le rivaroxaban (Xarelto®) et l’apixaban (Eliquis®) pour pallier aux inconvénients des anti vitamines K (AVK). Les personnes âgées sont particulièrement concernées par les anticoagulants. L’augmentation des ventes des AOD, les nombreuses alertes de l’ANSM et de la HAS ainsi que l’absence d’essai randomisé contrôlé comparant les AOD à la warfarine, suscitent l’interrogation quant à la prescription de ces médicaments par les médecins généralistes chez des patients âgés fragiles. De décembre 2014 à avril 2015, nous avons interrogé des médecins généralistes du secteur sanitaire palois par le biais d’un questionnaire. La prescription, la surveillance, la perception des AOD, les effets indésirables rencontrés chez les patients âgés de plus de 75 ans, ont été les principaux thèmes abordés dans ce sondage. 118 médecins généralistes ont répondu à notre enquête. Elle met en évidence que 17,8% d’entre eux n’ont aucun patient sous AOD. Seulement 6,7% des généralistes sont primo- prescripteurs de ces molécules, en effet la plupart sont des cardiologues. Le rivaroxaban est la molécule la plus souvent prescrite. La fibrillation atriale non valvulaire est la principale indication. Lors de l’introduction du traitement par AOD, un bilan biologique est quasiment toujours fait (99%). Pour 75% des cas, les généralistes réalisent un bilan biologique de surveillance. Cependant seulement 20% d’entre eux utilisent la formule de Cockcroft-Gault pour le suivi de la fonction rénale. La moitié des généralistes sondés a été confrontée à un effet indésirable sous AOD avec principalement des hémorragies mineures (épistaxis, gingivorragies), des saignements gastro-intestinaux et des symptômes digestifs. Une grande majorité des médecins interrogés affirment avoir une préférence pour les AVK en raison du recul sur la prescription, de la présence d’un antidote, de la connaissance du produit par le patient et du contrôle possible de l’observance par le bilan biologique. De manière générale, les patients restent peu demandeurs d’informations à propos des anticoagulants oraux. En 2015, les médecins généralistes envisagent les AOD chez la personne âgée avec une grande prudence. Dans la grande majorité des cas, ils ne sont pas initiateurs de ces traitements et ne semblent pas suivre les recommandations de manière consciencieuse, préférant aujourd’hui prescrire des AVK aux patients âgés les plus fragiles.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées


https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01239373
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : lundi 7 décembre 2015 - 16:59:21
Dernière modification le : jeudi 21 janvier 2016 - 12:09:48
Document(s) archivé(s) le : samedi 29 avril 2017 - 10:03:07

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01239373, version 1

Collections

Citation

Marina Carrier. Évaluation des pratiques des médecins généralistes sur la prescription des anticoagulants oraux directs (dabigatran pradaxa®, rivaroxaban xarelto® et apixaban eliquis®) chez les personnes âgées de plus de 75 ans sur le secteur sanitaire palois. Médecine humaine et pathologie. 2015. <dumas-01239373>

Partager

Métriques

Consultations de
la notice

217

Téléchargements du document

387