Évaluation de la qualité de prescription antibiotique dans le département pluridisciplinaire de médecine du CHU de Grenoble

Résumé : À l'heure où l’hôpital entame les démarches de l’accréditation, l’amélioration de la qualité de prescription devient une nécessité s’inscrivant de plein pied dans de bonnes pratiques hospitalières. Afin de sensibiliser les médecins de l’hôpital, nous avons conduit une étude prospective basée sur 191 dossiers de patients hospitalisés ayant été mis sous chimiothérapie antimicrobienne dans cinq services du département pluridisciplinaire de médecine du CHU de Grenoble. Nous avons étudié ces 191 prescriptions sous de nombreux aspects, à la fois médicaux et pharmaceutiques (stratégie thérapeutique, durée de traitement, voie d’administration, posologie, rythme d'administration, pharmacocinétique, adéquation à la microbiologie et à la clinique), mais aussi sous des aspects plus protocolaires (respect des conférences de consensus, des recommandations et des références médicales opposables). • 74% des prescriptions avaient pour stratégie thérapeutique la monothérapie ; • la durée moyenne de traitement était de 8,4 jours ; • la voie d’administration la plus utilisée était la voie orale (56% des cas) ; • 88% des prescriptions étaient des antibiotiques, les 12% restants se divisant entre antifongiques et antiviraux ; • les familles les plus prescrites étaient : les pénicillines : 26,7%, les fluoroquinolones : 25,0%, les céphalosporines : 13,6% ; • 72,8% des prescriptions étaient adaptées à la bactériologie, 80,1% à la clinique ; • 81,7% l’étaient au niveau de la pharmacocinétique ; • certaines prescriptions ont pu être confrontées aux conférences de consensus ; 63,2% y étaient conformes ; pour ce qui est des références médicales opposables c’était seulement 33,3%, et 54,4% pour les recommandations ; Au final, 52,9% des prescriptions ont reçu le qualificatif de « bonne prescription ». Si de nombreux efforts et progrès ont été réalisés ces dernières années en matière de prescription antibiotique, tel que le passage aux ordonnances nominatives, la maîtrise de l'utilisation des médicaments, le contrôle de la consommation et du coût de l’antibiothérapie, la bataille contre le développement des résistances bactériennes n’en est pas pour autant gagnée. Ainsi, si les prescripteurs qui le plus souvent, à l'hôpital, sont les internes, maîtrisent bien le côté médical et pharmaceutique de la prescription des antibiotiques, leur effort doit aujourd'hui se concentrer sur le respect des références de consensus, des recommandations, et des R.M.O. Désormais, c’est donc vers une meilleure information des prescripteurs sur ces textes, et vers le contrôle de leur application, qu'il faut se tourner pour faire encore progresser la qualité de la prescription des antibiotiques.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2001
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01241608
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : jeudi 10 décembre 2015 - 16:33:34
Dernière modification le : mercredi 29 novembre 2017 - 14:51:13
Document(s) archivé(s) le : vendredi 11 mars 2016 - 22:40:51

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01241608, version 1

Citation

Simon Esmingeaud. Évaluation de la qualité de prescription antibiotique dans le département pluridisciplinaire de médecine du CHU de Grenoble. Sciences pharmaceutiques. 2001. 〈dumas-01241608〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

89

Téléchargements de fichiers

102