Impact de séances quotidiennes de ventilation par oscillations à haute fréquence dans les SDRA modérés à sévères sur le volume pulmonaire télé-expiratoire, la compliance pulmonaire et l’oxygénation

Résumé : Introduction : La ventilation par oscillation à haute fréquence (HFO) répond aux principes de ventilation mécanique conventionnelle (VMC) protectrice du Syndrome de Détresse Respiratoire Aiguë (SDRA). Malgré un bénéfice en termes d’oxygénation, elle n’en montre pas en termes de mortalité lorsqu’elle est utilisée comme alternative à la VMC dans les SDRA sévères. Ceci pourrait s’expliquer par ses effets secondaires hémodynamiques sur le cœur droit. Le but de notre étude est d’utiliser l’HFO comme technique transitoire de recrutement de 6h en alternance à la VMC afin d’en limiter les effets secondaires et de voir si cette utilisation séquentielle permettrait d’obtenir une augmentation du volume pulmonaire télé-expiratoire (VPTE) et une amélioration de l’oxygénation. Méthode : Étude prospective, monocentrique (CHU Saint Denis de La Réunion), réalisée chez des patients en SDRA modérés à sévères (PaO2/FiO2< 150). Après un délai de 6h d’optimisation par VMC protectrice, les patients étaient placés sous HFO de façon séquentielle (6h/jour) au maximum 4 jours de suite, et ce tant que le PaO2/FIO2 était inférieur à 200. Le critère de jugement principal était la différence du VPTE avant-après la séance d’HFO mesuré par la technique du rinçage à l’azote. Les critères de jugement secondaires étaient la différence du PaO2/FiO2 et de la compliance pulmonaire avant-après la séance et la présence d’éventuels effets secondaires des séances (pneumothorax, défaillance hémodynamique). Résultats : Vingt-deux patients (IGS moyen de 55 ± 14) ont été inclus entre novembre 2012 et mai 2015 pour un total de 29 séances d’HFO séquentielle. Sur ces 29 séances de 6h, trois ont dû être interrompues (deux pour raisons hémodynamiques et une pour raison respiratoire). Le VPTE augmente significativement de plus de 30% après 6h d’HFO séquentielle, tandis que le PaO2/FiO2 et la compliance pulmonaire augmentent significativement respectivement de plus de 90% et de plus de 20%. Si l’on considère un patient comme répondeur à la séance un patient qui augmente de plus de 15% son VPTE, on retrouve 19 patients répondeurs (66%) pour 10 non-répondeurs. Nous n’avons pas noté de modification significative des paramètres hémodynamiques hormis la baisse significative de l’index cardiaque de 10 ± 6% à la fin de la première heure d’HFO pour les 15 séances monitorées par thermodilution transpulmonaire ou de survenue de pneumothorax sous HFO. Notre taux de mortalité à 28 jours est de 23%. Conclusion : Chez les patients en SDRA avec PaO2/FiO2<150, l’application précoce d’une séance d’HFO de 6h permet une amélioration significative des paramètres d’oxygénation et de la mécanique ventilatoire liée à un recrutement alvéolaire. L’HFO pourrait donc être utilisée de façon séquentielle en association avec la VMC comme technique de recrutement et non pas comme une alternative à celle-ci.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [152 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01245908
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : jeudi 17 décembre 2015 - 18:06:56
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:25
Document(s) archivé(s) le : vendredi 18 mars 2016 - 15:11:22

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01245908, version 1

Collections

Citation

Bérénice Puech. Impact de séances quotidiennes de ventilation par oscillations à haute fréquence dans les SDRA modérés à sévères sur le volume pulmonaire télé-expiratoire, la compliance pulmonaire et l’oxygénation. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01245908〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

116

Téléchargements de fichiers

6