Le médecin généraliste face à la maladie rénale chronique de la personne âgée de plus de 75 ans : état des lieux de la prise en charge et difficultés rencontrées

Résumé : Contexte
En France et dans le monde, la prévalence de la maladie rénale chronique (MRC) augmente, notamment chez les personnes âgées qui ne bénéficient d’aucune recommandation spécifique de prise en charge.
Populations et méthodes
Notre étude épidémiologique, descriptive a été réalisée en 2 parties : l’une quantitative à partir de laquelle 197 dossiers médicaux de patients âgés de 75 ans ou plus présentant une MRC modérée à sévère ont été inclus. L’autre partie, qualitative par auto-questionnaires administrés à 18 médecins généralistes des Alpes-Maritimes. Les objectifs de notre étude étaient : de caractériser sur le plan médical la personne âgée atteinte d’une MRC en soins primaires ; de décrire et d’évaluer sa prise en charge et enfin d’identifier les difficultés rencontrées par les médecins dans cette pratique.
Résultats
Nous avons identifié certaines lacunes dans la prise en charge : une sous-utilisation de l’échographie (38%) ou de la recherche de protéinurie (21%), ainsi qu’un contrôle insuffisant de la pression artérielle (43%). La majorité des médecins (83%) estiment que la prise en charge de la maladie rénale chronique de la personne âgée est difficile principalement en lien avec la polypathologie (66.7%). Alors que la majorité des médecins (78%) ont un correspondant néphrologue avec lesquels plus de la moitié (57%) estiment avoir de bonnes relations ; peu ont eu recours à son avis (11%) et 38% des patients ont débuté un suivi néphrologique en «référence tardive » aux stades 4 et 5 de la MRC dont 5% ont été pris en dialyse en urgence. Les difficultés sont rencontrées principalement lors du contrôle des prescriptions et l’ajustement thérapeutique (67%) ; dans le choix et la mise en place du traitement néphroprotecteur (55%) et dans le suivi (50%). D’autres part, 56% des médecins interrogés ne connaissent pas les recommandations sur la prise en charge de la MRC (HAS 2012) et seulement un tiers (27.8%) ont assisté à une FMC sur ce thème. 43% estiment que les relations peuvent être améliorées notamment sur le plan de la communication ainsi que sur le retour d’information.
Conclusions
Pour améliorer cette prise en charge il semble donc nécessaire de développer des formations auprès des médecins généralistes, de diffuser des recommandations adaptées à la pratique quotidienne concernant la personne âgée polypathologique, d’améliorer la communication et le partage d’information médecin généraliste – néphrologue. Le dispositif des réseaux de santé peut constituer une piste de réponse particulièrement adaptées aux besoins des patients atteints de MRC ainsi que des médecins.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [31 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01267420
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : jeudi 4 février 2016 - 14:00:49
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:50
Document(s) archivé(s) le : samedi 12 novembre 2016 - 08:38:55

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01267420, version 1

Collections

Citation

Naouale Nouri. Le médecin généraliste face à la maladie rénale chronique de la personne âgée de plus de 75 ans : état des lieux de la prise en charge et difficultés rencontrées . Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01267420〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

95

Téléchargements de fichiers

343