Eyes Wide Shut ou l’inquiétante étrangeté de l’ordinaire. De l’expérience de la transgression à l’émotion esthétique

Résumé : Le sentiment d'inquiétante étrangeté peut-il être considéré comme une émotion esthétique ? Comment naît ce sentiment et comment est-il traité par l'auteur à travers son œuvre ? Prenant comme point de départ la notion psychanalytique d'inquiétante étrangeté, le présent travail relie expérience sceptique du quotidien et de sa représentation et réception d'une œuvre cinématographique. Dernier long-métrage de Stanley Kubrick, Eyes Wide Shut possède de fortes affinités avec les questionnements de la psychanalyse sur le rêve et l'inconscient tout en y adjoignant une réflexion propre au médium cinématographique. Il ne s'agit pas ici de nous intéresser à l'adaptation faite par le réalisateur de la nouvelle d'Arthur Schnitzler dont le film est tiré, mais de considérer Eyes Wide Shut comme un moyen d'exploration des mécanismes de l'inconscient et de mise à l'épreuve du regard. Les images photographiques puis cinématographiques, par leur capacité de représentation du réel, deviennent enjeu de la modernité au sein des domaines artistique, sociologique et philosophique dans la mesure où elles permettent une réévaluation et une recréation de la notion de quotidien. Le quotidien repensé permet ainsi une mise à distance du réel et de l'image qui le reproduit de façon à poser sur eux un regard critique, dans un mouvement moderniste dont Eyes Wide Shut suit précisément l'élan. Suivant la voie réaliste esquissée par le long-métrage, les motifs de l'inquiétante étrangeté réapparaissent pour remettre en question la relation de l'individu à lui-même, à autrui et au réel, dans une crise sceptique de l'existence. Crise de l'individu par rapport au monde, mais également crise du regard dans cette œuvre qui déconstruit le mythe de la vision : le regard du spectateur, dont on aurait pu croire en la toute-puissance dans l'obscurité de la salle de cinéma, se retrouve castré par l'image même qui se livre entière, nue, sans que l'on arrive pourtant à la percevoir dans son intégralité et à la saisir. Eyes Wide Shut est en son essence l'exploration et le dépassement de frontières brouillées pour aller vers un au-delà. Par-delà les limites de la conscience de l'individu, celles du langage, du signe visuel et sonore, le long-métrage est l'expérience pure de la transgression dont l'inquiétante étrangeté apparaît comme la marque émotionnelle déposant son empreinte sur le spectateur.
Type de document :
Mémoires
Philosophie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [50 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01274194
Contributeur : Paris 1 Panthéon-Sorbonne - Ufr Philosophie <>
Soumis le : lundi 15 février 2016 - 15:41:23
Dernière modification le : vendredi 29 septembre 2017 - 12:05:13
Document(s) archivé(s) le : samedi 12 novembre 2016 - 21:00:14

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01274194, version 1

Citation

Marianne Renaud. Eyes Wide Shut ou l’inquiétante étrangeté de l’ordinaire. De l’expérience de la transgression à l’émotion esthétique. Philosophie. 2015. 〈dumas-01274194〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

320

Téléchargements de fichiers

635