Utilité clinique de la TEP cérébrale à la 18F-FDOPA dans la prise en charge des syndromes parkinsoniens

Résumé : Introduction : La maladie de Parkinson est la seconde maladie neuro-dégénérative la plus fréquente après la maladie d’Alzheimer. Si l’exploration de l’activité dopaminergique striatale reste dominée par la tomoscintigraphie des transporteurs pré-synaptiques de la dopamine, les données de notre revue de la littérature montrent que la TEP cérébrale à la 18F-FDOPA (TEP-DOPA) obtient des performances diagnostiques au moins équivalentes. L’analyse visuelle est le principal outil d’évaluation de la TEP-DOPA et l’analyse semi-quantitative permettrait de pallier son manque de reproductibilité. L’objectif principal de notre étude clinique monocentrique prospective était d’évaluer l’utilité clinique de la TEP-DOPA dans les syndromes parkinsoniens par un questionnaire. L’objectif secondaire était de définir des outils diagnostiques semi-quantitatifs fiables et utilisables en routine clinique.
Matériel et méthodes : Du 15 octobre 2014 au 29 avril 2015 les médecins neurologues ont reçu un questionnaire pour chaque examen prescrit (n=192). Une interprétation visuelle et semi-quantitative par un médecin nucléaire sénior a été réalisée. La fixation de la 18F-FDOPA a été quantifiée à partir des mesures de SUV mesurés sur plusieurs VOI et des rapports de fixation spécifique sur non spécifique (VOI occipital) ont été établis pour chaque VOI. Les paramètres diagnostiques de chaque SUV et rapport de fixation ont été étudiés par le biais de courbe ROC (AUC, index de Youden, sensibilité et spécificité).
Résultats : Nous avons obtenu 91 réponses pour les examens de 91 patients, d’un âge moyen de 71,4 ans. La TEP a permis de changer le diagnostic retenu dans 1/3 des cas lorsqu’une MP était suspectée et dans 1 cas sur 2 lorsqu’un autre syndrome extra-pyramidal était suspecté. Selon les neurologues, la TEP a renforcé leur confiance dans leur diagnostic et a confirmé leur diagnostic dans 71,4% des cas. Dans 57% des cas la TEP a induit de façon certaine un changement de prise en charge du patient correspondant à un changement de traitement dans 73% des cas. Il n’y avait pas de différence significative entre les SUV des patients normaux selon l’âge, le sexe ou le côté. Les courbes ROC ont été réalisées sur l’ensemble des SUV et rapports de fixation du côté homo et controlatéral à l’atteinte motrice prédominante. Le paramètre le plus robuste obtenant les meilleurs paramètres diagnostiques était le POR sur le putamen postérieur avec un seuil de 2,44, on obtenait une sensibilité de 83,3% (IC95% : 68,6-93), une spécificité de 87,8% (IC95% : 75,2-95,4), une aire sous la courbe de 0,888 (index de Youden à 0,7109).
Conclusion : Selon notre étude la TEP-DOPA joue un rôle important dans la prise en charge des patients parkinsoniens tant au niveau diagnostique que clinique. Nous avons montré que l’analyse semi-quantitative est fiable, présente de bonnes performances diagnostiques et est réalisable en routine en complément de l’analyse visuelle. L’utilisation de logiciel d’analyse automatique est une perspective à explorer pour l’avenir.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [32 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01286120
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : jeudi 10 mars 2016 - 12:00:44
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:33:48
Document(s) archivé(s) le : dimanche 13 novembre 2016 - 14:00:15

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01286120, version 1

Citation

Aurélie Schiazza. Utilité clinique de la TEP cérébrale à la 18F-FDOPA dans la prise en charge des syndromes parkinsoniens. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01286120〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

106

Téléchargements de fichiers

327