Croyances et perceptions des patients migraineux souffrant de céphalées chroniques quotidiennes associées à un abus médicamenteux: étude qualitative en médecine générale

Résumé : Introduction : La céphalée chronique quotidienne (CCQ) est définie par la présence d’une céphalée au moins 15 jours par mois depuis au moins 3 mois. Elle complique une céphalée primaire, le plus souvent la migraine, sous l’effet de 2 facteurs principaux que sont l’abus médicamenteux et des facteurs psychopathologiques. L’association d’une CCQ à un abus médicamenteux impose d’évoquer une possible céphalée par abus médicamenteux qui impose alors un sevrage. Cette situation est malheureusement insuffisamment connue des professionnels de santé et des patients. La méconnaissance par les patients est d’autant plus grave qu’elle les conduit à poursuivre leur abus médicamenteux et à pérenniser leur CCQ. Afin de lutter contre cette méconnaissance il est indispensable de connaître les représentations mentales qu’ont les patients dans cette situation clinique. L’objectif principal de ce travail était donc d’étudier le vécu, les perceptions et la gestion de leur maladie de patients souffrant de CCQ migraineuses associée à un abus médicamenteux pris en charge en médecine générale. L’objectif secondaire était de connaître leur perception de la prise en charge par leur médecin généraliste.
Méthode : Une étude de recherche qualitative par entretiens individuels semi-structurés a été menée auprès 12 patients âgés de plus de 18 ans souffrant de CCQ migraineuses associées à un abus médicamenteux recrutés par des médecins généralistes exerçant dans le département des Alpes Maritimes.
Résultats : L’analyse qualitative des discours a montré une bonne identification par les patients de l’implication de facteurs psychosociaux dans l’aggravation de leur migraine. Par contre, cette étude a confirmé l’absence de reconnaissance de l’abus médicamenteux dans son rôle potentiellement iatrogène en termes d’induction de la CCQ. Leur CCQ migraineuse est vécue comme une maladie chronique handicapante tant sur le plan fonctionnel qu’émotionnel. Par ailleurs, sur le plan de la gestion de leur maladie, on constate une stratégie thérapeutique inadéquate et un manque d’éducation thérapeutique. Les patients reconnaissent être en surconsommation médicamenteuse malgré eux, car les médicaments sont perçus comme l’unique solution pour être fonctionnels et être soulagés. Les termes « abus » et « sevrage » ont été perçus péjorativement et inadaptés à la réalité de leur vécu douloureux. En effet, les patients ne connaissant pas la notion d’abus médicamenteux en tant que facteur d’induction et d’entretien de la CCQ et n’ayant jamais fait l’expérience d’un sevrage, se sont sentis « stigmatisés » et qualifiés de « toxicomanes ». L’évocation d’un sevrage semblait irréalisable par les patients, bien que certains aient exprimé la possibilité d’une bonne observance à condition que soit établie une alliance thérapeutique solide basée sur l’information, une bonne compréhension et un accompagnement. Les patients avaient une mauvaise image de leur relation médecin-migraineux et estimaient ne pas être pris en charge pour cette pathologie. Cette mauvaise représentation mentale contrastait avec une très bonne représentation mentale de la relation avec leur médecin en général. Cette perception négative semblait liée à un manque de communication sur la pathologie migraineuse elle-même et un manque de considération du handicap induit. Ils considéraient être livrés à eux-mêmes, et souhaitaient d’avantage d’écoute et d’explications, notamment sur leur maladie et les causes d’aggravation de leur migraine. Cette perception était à l’origine d’une résignation et d’une autonomisation des patients.
Conclusion : L’implication des facteurs psychosociaux dans la chronicisation des céphalées, bien perçue par les patients, devrait faciliter la mise en place d’approches cognitivo-comportementales, si elles pouvaient être plus facilement proposées dans notre système de santé. Sur le plan de la diffusion des bonnes pratiques aux professionnels de santé, un soutien de la Haute Autorité de Santé (HAS) aux recommandations qui ont été révisées par la SFEMC, la SFETD et l’ANNLF, permettrait d’améliorer le manque actuel de connaissances sur l’abus médicamenteux et le déficit de prise en charge des CAM. Une telle action devrait être couplée à l’élaboration de recommandations destinées aux migraineux eux-mêmes. Dans la même idée, il serait justifié que l’amélioration de cette pathologie chronique et handicapante soit soutenue par les autorités nationales au travers d’actions préventives et éducatives. Enfin, la perception négative des termes « abus » et «sevrage » justifierait peut-être une révision de ces termes pour qu’ils correspondent plus à réalité actuelle, c’est-à-dire à des patients en surconsommation médicamenteuse qui dans la grande majorité des cas ne souffrent pas d’addiction, au moins en ce qui concerne la majorité des patients migraineux en CCQ suivis en médecine générale.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [82 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01286632
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : vendredi 11 mars 2016 - 10:58:37
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:49
Document(s) archivé(s) le : lundi 13 juin 2016 - 09:15:23

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01286632, version 1

Citation

Kristine Morese. Croyances et perceptions des patients migraineux souffrant de céphalées chroniques quotidiennes associées à un abus médicamenteux: étude qualitative en médecine générale. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01286632〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

210

Téléchargements de fichiers

562