Les perceptions d'immigrants russes à l'égard de leur pays d'origine de 1970 à nos jours dans la province de Québec

Résumé : Ce mémoire pose la question des représentations chez des immigrés russes de leur pays d’origine. Après une synthèse en introduction de l’histoire de l’émigration russe du XXe siècle, nous posons des bases sur l’identité russe en recherchant une définition aussi bien dans les discours politiques russes que dans les définitions statistiques canadiennes. Abandonnant toute étude holistique, nous allons concentrer nos recherches sur une dizaine de migrants à l’aide de témoignages, de la littérature produite, des articles de presses, etc. À la suite de quoi, ce travail veut s’appliquer à analyser sur le temps long l’évolution des perceptions qui s’identifient également avec la création de l’identité. Nous avons voulu, dans une première partie, faire de l’histoire de la migration russe au Canada et plus particulièrement au Québec. Nous nous sommes concentré sur les supports de l’information présent en URSS et au Québec afin de relever les différences visibles et surtout la modification des comportements. À partir de ces habitudes, nous avons analysé les supports utiles aux immigrés dans l’expression de leurs représentations en les reliant au contexte du Québec. Ces nombreux éléments ont permis d’offrir une vision de l’Union soviétique très ambivalente dans laquelle les critiques du système soviétique côtoient une certaine reconnaissance. La deuxième partie s’est attachée à faire la synthèse de la fin de l’Union soviétique et de la naissance de la Fédération de Russie. Les difficultés relatives des années 1980-1990 du pays alliées à une ouverture progressive du système provoque la quatrième vague d’émigration. Bien que le Canada soit encore une fois la dernière roue du carrosse en ce qui concerne l’immigration russe quantitativement parlant, la quatrième vague se montre surtout hétérogène. La chute du rideau de fer permet aux immigrés de créer ou de récréer un lien avec leur pays d’origine. Les sources d’informations se complexifient particulièrement avec la libéralisation des médias en Russie, mais la presse québécoise conserve encore des difficultés à sortir de sa partialité affichée. La vision de cette période est marquée par une rupture relativement visible entre la quatrième vague d’immigration et les vagues précédentes. Dans la troisième partie, nous nous sommes surtout intéressé à la perception des immigrés avec les changements géopolitiques majeurs en toile de fond. À la fin des années 2000 et au début des 2010, les Russes du Québec obtiennent un contenu partial de la part des médias russes comme québécois. De ce fait, ils parviennent à valoriser leur identité en se servant de médias déjà existant ou en favorisant leur création. Internet offre la possibilité de produire un contenu accessible au plus grand nombre. La vision de la Russie dans ce contexte est plurielle et va de la participation aux côtés de la Russie ou de l’Occident. Mais d’autres immigrés veulent dépasser cet antagonisme par le désir de créer un pont entre la Russie et le Québec au nom d’une certaine universalité et d’une identité refondée.
Type de document :
Mémoires
Histoire. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [25 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01288701
Contributeur : Uppa - Bibliothèque Pierre Tucoo-Chala <>
Soumis le : mardi 15 mars 2016 - 14:43:25
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:33:59
Document(s) archivé(s) le : jeudi 16 juin 2016 - 10:46:44

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01288701, version 1

Collections

Citation

Nathan Labarrère. Les perceptions d'immigrants russes à l'égard de leur pays d'origine de 1970 à nos jours dans la province de Québec. Histoire. 2015. 〈dumas-01288701〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

108

Téléchargements de fichiers

409