Microlymphographie de fluorescence

Résumé : Le système lymphatique participe à l'homéostasie par son rôle de réabsorption des liquides interstitiels en excès et des macromolécules. Son exploration actuelle fournit des indications d'ordre fonctionnel et morphologique sur la globalité du membre étudié. L'étude du système capillaire lymphatique superficiel, au niveau microscopique, a été proposée il y a 10 ans par l'équipe du Professeur BOLLINGER de Zurich. Cette technique, dite microlymphographie de fluorescence, consiste en l'observation du système lymphatique superficiel en vidéomicroscopie après l'injection sous-épidermique de 0,01 ml de FITC-Dextran de poids moléculaire 150 000. Le haut poids moléculaire utilisé conditionne une réabsorption uniquement par voie lymphatique. L'adjonction de fluorescéine permet, après excitation de la fluorescence, une visualisation du réseau lymphatique superficiel. L'objectif de ce travail est d'étudier la faisabilité de cette technique sur le site Grenoblois. Après une phase de mise au point ayant nécessité une vingtaine de manipulations, la technique est validée par l'étude de 27 sujets dont 4 témoins et 23 pathologiques, présentant 3 fois un lymphœdème primaire tardif, 1 fois la maladie de Milroy, 10 fois un lymphœdème secondaire et 9 fois une insuffisance veineuse chronique. L'analyse des images obtenues s'est faite de façon semi-quantitative par la cotation arbitraire de paramètres et quantitative par numérisation informatique. Nous retrouvons les principales données de la littérature : six paramètres présentent des variations significatives entre le groupe témoin, les sujets porteurs de lymphœdème secondaire, ceux souffrant d'insuffisance veineuse chronique : 2 critères d'extension du dépôt (direction, surface), 2 critères morphologiques (maillage, tortuosité), 2 critères de perméabilité des vaisseaux (fuite dans l'interstitium, présence de flaques de fluorescence). Pour le syndrome de Milroy, aucun capillaire lymphatique n'est visible en zone d’œdème. Les résultats obtenus dans les cas de lymphœdème primaire semblent proches de ceux du lymphœdème secondaire. Le traitement numérique de l'image n'a pas mis en évidence de variation significative du diamètre capillaire et des angles entre les vaisseaux. Les sujets sains présentent des réseaux moins maillés et donc des segments capillaires plus longs. Cette technique, d'approche microscopique, atraumatique et d'un coût modéré, vient en complément de l'étude lymphoscintigraphique. Elle permet une meilleure approche physiopathologique du lymphœdème, une analyse précise de la microangiopathie lymphatique dans l'insuffisance veineuse chronique. Elle semble également prometteuse pour le suivi thérapeutique.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 1993
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01290179
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : mardi 22 mars 2016 - 16:19:05
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:05
Document(s) archivé(s) le : jeudi 23 juin 2016 - 10:20:19

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01290179, version 1

Citation

Thierry Terrone. Microlymphographie de fluorescence. Médecine humaine et pathologie. 1993. 〈dumas-01290179〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

39

Téléchargements de fichiers

437