Épidémiologie des infections chroniques à Coxiella Burnetii sur l’île de la Réunion, une étude rétrospective de 2007 à 2015

Résumé : Introduction : L’île de la Réunion est un des départements Français d’outre-mer. Une grande partie de sa population garde des pratiques culturelles traditionnelles, avec des activités agricoles et rituelles faisant partie de la vie quotidienne. La fièvre Q, causée par la bactérie gram négatif intracellulaire Coxiella Burnetii, est une zoonose à distribution mondiale. L’incidence annuelle de l’endocardite à fièvre Q en France est estimée à 1 cas pour 1 million d’habitants par an. Jusqu’à présent, aucun chiffre n’était disponible pour la Réunion, mais quelques cas avaient été décrits. Les objectifs de cette étude étaient d’étudier l’incidence de la fièvre Q chronique et de l’endocardite à Coxiella Burnetii sur l’île de la Réunion depuis l’année 2007, ainsi que d’étudier leurs particularités sur l’île. Méthodes : L’étude a été réalisée dans les deux centres hospitaliers universitaires de l’île, de juillet 2007 à juillet 2015. La présence d’une endocardite, ou infection de prothèse valvulaire, ou pathologie prédisposante associé à une sérologie en faveur d’une fièvre Q chronique (IgG I > 800) permettait l’inclusion des patients dans l’étude. Les données étaient recueillies sur les dossiers de suivi des infectiologues, cardiologues et chirurgiens thoraciques qui les suivaient. Nous avons ensuite contacté les patients par téléphone pour qu’ils répondent à deux questionnaires : le premier, créé par nous, pour compléter les éléments manquants des dossiers, le second, le MOS SF-36, pour évaluer leur qualité de vie. Résultats 25 patients ont été inclus dans l’étude. 56% d’entre-eux étaient porteurs de matériel prothétique, et 44% une valvulopathie sous-jacente d’origine rhumatismale. Nous avons retrouvé une incidence de 2.4 cas par million d’habitants par an pour l’endocardite à fièvre Q sur l’île de la Réunion. La durée moyenne des symptômes avant le diagnostic était de 16,3 semaines [ET 35 semaines]. 40% des patients présentaient des emboles au diagnostic, avec 28% d’emboles cérébraux, ce qui était plus élevé que dans les séries françaises. Le diagnostic était antérieur à la chirurgie dans seulement 52% des cas. Un traitement chirurgical était indiqué dans 80% des cas. Tous les patients ont reçu un traitement par Doxycycline/hydroxychloroquine, avec une médiane de traitement de 17 mois. Quatre patients ont rechuté, 20 patients étaient toujours en vie à la fin de l’étude, quatre sont décédés dont trois dans le mois qui a suivi leur diagnostic. 3 sont considérés comme guéris. Une patiente était perdue de vue dans l’année suivant le diagnostic. 77 % des patients avait des antécédents de contacts avec des cabris, directs ou indirects, et cinq de sacrifices dans l’exercice de leur religion. Nous retrouvions des années et des lieux avec plusieurs cas de fièvre Q chroniques, pouvant correspondre à de petites épidémies ou foyers. La qualité de vie de nos patients était, à tout moment, inférieure à la population générale française. Discussion : Cette étude a été réalisée sur un échantillon qui nous semble important par comparaison avec la bibliographie existante. Elle retrouve une incidence d’endocardites à Coxiella Burnetii, probablement sous-estimée, plus de deux fois supérieure (2.4 cas/million d’hab./an) à l’estimation de l’incidence en France ce qui pourrait être lié à des facteurs socioculturels locaux, ainsi qu’à des atteintes valvulaires particulières à la population réunionnaise. Le diagnostic de la pathologie y semble plus tardif, avec un traitement chirurgical et des rechutes plus fréquents. Il nous semble nécessaire, dans le futur, de majorer l’intérêt des professionnels de santé et des autorités réunionnaises à l’égard de cette pathologie pour en favoriser la prévention et en améliorer le pronostic.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [29 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01290818
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : vendredi 18 mars 2016 - 15:51:29
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:41:19
Document(s) archivé(s) le : lundi 20 juin 2016 - 00:12:49

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01290818, version 1

Collections

Citation

Marie-Blandine Gottis. Épidémiologie des infections chroniques à Coxiella Burnetii sur l’île de la Réunion, une étude rétrospective de 2007 à 2015. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01290818〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

87

Téléchargements de fichiers

13