Impact du traitement par bêta-bloquant au long cours sur la lactatémie plasmatique initiale des patients septiques graves

Résumé : Introduction :
Le dosage de la lactatémie plasmatique chez les patients septiques constitue une étape essentielle dans l’évaluation de la gravité. L’hyperlactatémie retrouvée dans le sepsis a été décrite comme la conséquence de l’hypoxie tissulaire, mais d’autres facteurs semblent y contribuer. L’accélération de la glycolyse due à la stimulation des récepteurs β-adrénergiques par la libération de catécholamines endogènes pourrait y participer et un traitement par bêta-bloquant au long cours pourrait avoir un effet sur la lactatémie plasmatique des patients septiques graves.
Objectif :
Comparer la lactatémie plasmatique initiale des patients quittant le Service d’Accueil des Urgences avec le diagnostic de sepsis sévère ou de choc septique, qu’ils soient sous traitement bêta-bloquant au long cours ou non.
Matériel et méthodes :
Nous avons mené une étude de cohorte rétrospective. Etaient inclus les patients âgés de 18 ans et plus, ayant quitté le Service d’Accueil des Urgences du CHU de Nice entre Janvier 2012 et Novembre 2014, avec le diagnostic de sepsis sévère ou de choc septique selon les critères établis par la Surviving Sepsis Campaign. Nous avons étudié les paramètres vitaux, le site infectieux, la mortalité au 28ème jour, la lactatémie initiale, la présence d’un traitement bêta-bloquant et les scores PIRO, SOFA et APACHE II.
Résultats :
Nous avons inclus 260 patients, dont 25% étaient sous traitement bêta-bloquant au long cours. La lactatémie plasmatique initiale était plus faible chez les patients traités par bêta-bloquant (3,9 ± 2,3 mmol/L contre 5,6 ± 3,6 mmol/L, p <0,001). Cette différence était également significative après ajustement sur la mortalité (p<0,005), les différentes classes des scores PIRO (p<0,05) et SOFA (p<0,05) et la source de l’infection (p<0,05). Trois fois plus de patients du groupe bêta-bloquant avaient un taux de lactate plasmatique normal comparativement au groupe contrôle (p<0,001). Les facteurs indépendamment associés à une lactatémie plasmatique normale étaient la survie au 28ème jour (p=0,03) et la présence d’un traitement bêta-bloquant (p=0,01).
Conclusion :
Un traitement bêta-bloquant au long cours diminue la lactatémie plasmatique initiale des patients septiques graves. Le dosage du lactate plasmatique initial doit donc être utilisé avec prudence dans l’évaluation de la gravité des patients septiques traités au long cours par un bêta-bloquant.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [51 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01293824
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : vendredi 25 mars 2016 - 15:07:51
Dernière modification le : jeudi 11 janvier 2018 - 16:46:52
Document(s) archivé(s) le : dimanche 26 juin 2016 - 15:15:18

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01293824, version 1

Citation

Céline Occelli. Impact du traitement par bêta-bloquant au long cours sur la lactatémie plasmatique initiale des patients septiques graves. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01293824〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

124

Téléchargements de fichiers

1489