Une nouvelle classe de mycotoxines : les fumonisines

Résumé : Les mycotoxines sont des composés naturels élaborés par de nombreuses espèces de moisissures pouvant se développer à tous les stades de la chaîne alimentaire, depuis le champ de culture jusqu'à la préparation des aliments destinés à l'homme. Leur implication dans diverses pathologies animales et les répercussions économiques qui en découlent sont bien connues ; cependant, leur incidence sur la santé humaine reste toujours d'actualité et fait l'objet de nombreuses recherches. Fin des années 80, une nouvelle famille de toxines fongiques est caractérisée : les fumonisines, suspectées d'être à l'origine d'une maladie nerveuse touchant les chevaux. La fumonisine B1 (FB 1) est la plus abondante de ce groupe et est produite essentiellement par Fusarium moniliforme et proliferatum ; elle contamine les céréales (surtout le maïs et dans une moindre mesure le blé) et leurs dérivés alimentaires qui représentent une grande part de l'alimentation humaine et animale. F moniliforme se développe dans le monde entier, partout où le maïs est cultivé, à l'exception des régions froides comme le nord de l'Europe ou le Canada qui semblent échapper à ce problème. FB 1 est un dérivé polyacétoacidique qui, une fois absorbé par voie orale, présente une faible biodisponibilité et est rapidement éliminé non métabolisé dans les fèces. Toutefois, FB 1 exerce sa toxicité à faible dose (10 μg g) au niveau d'organes cibles : le foie et les reins. De ce fait, le développement de techniques analytiques rapides et fiables tels la chromatographie liquide haute performance ou les tests ELISA, pouvant détecter et doser de faibles quantités de fumonisines dans les denrées alimentaires, a permis d’élargir le contrôle des productions céréalières. De nombreux travaux concernent la toxicité aiguë et chronique des fumonisines, notamment chez les équidés (leucoencéphalomalacie), les porcs (œdème pulmonaire aigu) et les rongeurs (hépato et néphrotoxicité, carcinogénicité). FB 1 est un analogue structural de la sphinganine et de la sphingosine et est connue pour être un inhibiteur de la N-acyltransférase ou céramide synthétase. La différentiation et la prolifération cellulaires anarchiques découlant de cette perturbation de la biosynthèse des sphingolipides expliquent les propriétés promotrices de tumeur des fumonisines. Chez l'homme, des données épidémiologiques montrent une relation entre le développement de cancer œsophagien et la présence dans l'alimentation de fumonisines dans des zones géographiques où le maïs constitue l'aliment de base de la ration journalière (Afrique du Sud, Chine, nord de l'Italie). Mais cette hypothèse demande à être confirmée par des données scientifiques. L'agence internationale pour la recherche contre le cancer (IARC) a classé les toxines de F. moniliforme, et notamment les fumonisines, comme "possibles cancérogènes humains" (classe 2B) et les limites réglementaires de teneurs en fumonisines dans les denrées mises sur le marché sont en cours d'examen.
Type de document :
Mémoires
Sciences pharmaceutiques. 2000
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [43 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01300154
Contributeur : Jean-Hugues Morneau <>
Soumis le : vendredi 8 avril 2016 - 17:48:47
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:28:54
Document(s) archivé(s) le : mardi 15 novembre 2016 - 00:10:57

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01300154, version 1

Citation

Céline Ducret. Une nouvelle classe de mycotoxines : les fumonisines. Sciences pharmaceutiques. 2000. 〈dumas-01300154〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

101

Téléchargements de fichiers

235