Will future GPs practice stitches at doctor’s office? - Archive ouverte HAL Access content directly
Master Thesis Year : 2015

Will future GPs practice stitches at doctor’s office?

Les futurs médecins généralistes pratiqueront-ils les sutures en cabinet de ville ?

(1)
1

Abstract

Background: Stitches are part of the practice of GPs. However, there is a decrease in the practice of this technical gesture. The objective of this study is to identify obstacles to the practice of stitches by the future GPs. Methods: This is an epidemiological, descriptive and analytical study by numerical Internet questionnaire conducted among interns of general medicine in Ile-de-France registered in TCEM 3 during June 2015. Results: 227 interns responded, 104 (45.8%) had completed an additional education (DESC, DU, ...), 109 (48%) felt the training received in the DES of general medicine insufficient to learn sutures and 192 (84.6% ) were satisfied with the learning received during the internship. 169 (74.5%) wanted to have a GP practice in the future and 183 (80.6%) had the will to practice stitches, while 166 (73.1%) actually thought that they will really do stitches in their future practice. The main obstacles identified were too much time gesture (59.6%; p<0.01), difficulty of compliance with the rules of asepsis (18.7%; p=0.02) and the lack of training (7.2%; p=0.03). Conclusion: Despite the willingness to make stitches in their future practice, general medicine interns face barriers such as lack of training and time consuming aspect of the gesture, which tend to reduce this practice in town. Solutions can be proposed: theoretical lessons, continuing education, and patients information.
Introduction : Les sutures font partie intégrante de la pratique des médecins généralistes. Cependant, on constate une diminution de la pratique de ce geste technique. L’objectif de cette étude est d’identifier les obstacles à la pratique des sutures par les internes de médecine générale. Matériel et méthodes : C’est une étude épidémiologique, descriptive et analytique par questionnaire numérique sur internet réalisée auprès des internes de médecine générale d’Ile-de-France inscrits en TCEM 3 en juin 2015. Résultats : 227 internes ont répondu : 104 (45.8%) avaient suivi un enseignement supplémentaire (DESC, DU, …), 109 (48%) trouvaient la formation reçue au cours du DES de médecine générale insuffisante à l’apprentissage des sutures et 192 (84.6%) la trouvaient suffisante au cours des stages réalisés. 169 (74.5%) s’orientaient vers une activité en cabinet de médecine générale et 183 (80.6%) avaient la volonté d’en pratiquer alors que 166 (73.1%) pensaient réellement en réaliser dans leur future pratique. Les principaux obstacles identifiés étaient le temps trop important du geste (59.6%; p<0.01), la difficulté de respect des règles d’asepsie (18.7%; p=0.02) et le manque de formation (7.2%; p=0.03). Conclusion : Malgré la volonté de réaliser des sutures dans leur future pratique, les internes de médecine générale font face à des obstacles, tel que le manque de formation et l’aspect chronophage du geste, qui tendent à diminuer cette pratique en ville. Des pistes d’aménagement peuvent être proposées: cours théoriques, formation continue, information des patients.
Fichier principal
Vignette du fichier
ThExe_TAMISIER_Thomas_DUMAS.pdf (1.15 Mo) Télécharger le fichier
Loading...

Dates and versions

dumas-01302358 , version 1 (14-04-2016)

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01302358 , version 1

Cite

Thomas Tamisier. Les futurs médecins généralistes pratiqueront-ils les sutures en cabinet de ville ?. Médecine humaine et pathologie. 2015. ⟨dumas-01302358⟩
141 View
2342 Download

Share

Gmail Facebook Twitter LinkedIn More