Déclenchement artificiel du travail et présentation du siège : étude prospective dans deux maternités françaises de niveau 3

Résumé : Introduction : La voie d’accouchement des présentations du siège a été l’objet de nombreuses controverses, notamment après la publication de l’essai d’Hannah, en 2000. En France, l’accouchement par voie basse des présentations en siège est possible sous réserve du respect des critères de la voie basse, définis par le CNGOF. Le déclenchement artificiel du travail dans cette situation obstétricale est rarement pratiqué. L’objectif principal de l’étude était d’évaluer l’issue de l’accouchement entre les patientes avec mise en travail spontané et déclenché. Une évaluation de la morbi-mortalité maternelle et néonatale était réalisée entre les groupes « intention de voie basse » d’une part, et entre les groupes « déclenchement » et « césarienne programmée » d’autre part. Matériel et méthodes : Une étude prospective a été réalisée, du 1er octobre 2014 au 15 novembre 2015, dans deux maternités françaises de niveau 3 : la maternité "Aliénor d’Aquitaine" du CHU de Bordeaux et la maternité du CHCB, à Bayonne. Les patientes ayant accouché d’un fœtus en présentation du siège à partir de 36 SA, ont été incluses de manière consécutive. Celles-ci ont été réparties en trois groupes, selon leur mode d’entrée en travail. Une induction du travail était réalisée en cas d’indication médicale. Résultats : 216 patientes correspondaient aux critères d’inclusion de notre étude. Le taux de succès « voie basse » n’était pas statistiquement différent entre les groupes « déclenchement » et « travail spontané » (66,67%, n=24 versus 75,68%, n=74, p=0,4295, respectivement). Aucune différence n’était observée entre ces groupes "intention de voie basse" en ce qui concerne la morbi-mortalité maternelle et néonatale. La variable composite de morbidité néonatale était plus fréquente dans le groupe « déclenchement » par rapport au groupe « césarienne programmée » (33,33% versus 6,78%, p=0,001), sans augmentation du taux d’acidose sévère, des scores d’Apgar, ni du transfert du nouveau-né en unité de soins intensifs. À l’inverse, la morbidité maternelle était trois fois plus fréquente dans le groupe « césarienne programmée » par rapport au groupe « déclenchement », sans différence statistiquement significative cependant (12, 71% versus 4,17%, p=0,3086). Conclusion : Au vu des résultats de notre étude, le déclenchement artificiel du travail dans les présentations du siège, semble être une option raisonnable, sans augmentation de la morbidité maternelle ou néonatale sévère.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2016
Liste complète des métadonnées

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01303773
Contributeur : Bu Carreire Université de Bordeaux <>
Soumis le : lundi 18 avril 2016 - 16:07:41
Dernière modification le : mercredi 23 août 2017 - 16:31:17
Document(s) archivé(s) le : mardi 15 novembre 2016 - 06:15:50

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01303773, version 1

Collections

Citation

Aurore Bracq. Déclenchement artificiel du travail et présentation du siège : étude prospective dans deux maternités françaises de niveau 3. Médecine humaine et pathologie. 2016. 〈dumas-01303773〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

181

Téléchargements de fichiers

1298