L’ingénierie tissulaire au service de la parodontologie : les substituts aux greffes épithélio-conjonctives

Résumé : La greffe épithélio-conjonctive n’a plus à faire ses preuves en matière de gain de tissu kératinisé sur le long terme. Cette technique est un acte courant de chirurgie dentaire et est réalisée depuis des années par les parodontologistes.
Cependant, les inconvénients de cette intervention font consensus : un résultat final peu esthétique, une plaie palatine douloureuse pour le patient, le risque de nécrose du greffon et enfin et surtout un risque hémorragique lié au prélèvement palatin.
Aujourd’hui, l’ingénierie tissulaire se met au service de la parodontologie et tente de mettre au point des matériaux capables de suppléer la greffe épithélio-conjonctive en évinçant les inconvénients de cette dernière.
Cette thèse a pour but de faire le point sur ces nouveaux matériaux de substitution, de déterminer quelle est leur place actuelle dans notre arsenal thérapeutique et d’aider le chirurgien dentiste dans ses choix en synthétisant les résultats connus à ce jour sur les substituts.
Type de document :
Mémoires
Médecine humaine et pathologie. 2015
Liste complète des métadonnées

Littérature citée [26 références]  Voir  Masquer  Télécharger

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01307872
Contributeur : Bibliothèque Universitaire De Médecine de Nice <>
Soumis le : jeudi 1 septembre 2016 - 15:31:39
Dernière modification le : jeudi 3 mai 2018 - 13:15:34
Document(s) archivé(s) le : vendredi 2 décembre 2016 - 22:05:41

Identifiants

  • HAL Id : dumas-01307872, version 1

Citation

Célie Gréco. L’ingénierie tissulaire au service de la parodontologie : les substituts aux greffes épithélio-conjonctives. Médecine humaine et pathologie. 2015. 〈dumas-01307872〉

Partager

Métriques

Consultations de la notice

69

Téléchargements de fichiers

306