Skip to Main content Skip to Navigation
Master Thesis

Étude POSTA : Tome 1 : vers la prévention active et communautaire du suicide en Martinique

Résumé : PROBLÉMATIQUE. Dans un contexte mondial et national d’urgence sanitaire en santé mentale publique, la situation de la Martinique quant au suicide apparait paradoxale, compte tenu de la plus faible mortalité par suicide (8,8 versus 16/100 000 habitants [Inserm CépiDC - 2005 2008]) et de la moindre prévalence de sujets à risque suicidaire en population générale (11% versus 13,7% [Enquête SMPG - 2000]) par rapport à la France métropolitaine, mais de la plus grande présence relative de facteurs de risque (troubles de l’humeur, troubles psychotiques, consommations avec abus ou dépendance à l’alcool et au crack, états de stress post-traumatique, événements de vie à potentiel traumatique, contexte socio-économique de pauvreté et de chômage,…). OBJECTIFS. L’étude POSTA a pour objectif principal de réaliser une analyse de la population et de la prise en charge initiale et à 6 mois par le système de soins psychiatriques et de médecine générale, des patients « suicidants » et « suicidaires avec antécédent de tentative de suicide » admis aux urgences médico-psychologiques du CHU de Martinique (Site Pierre Zobda Quitman). MÉTHODES. Étude de cohorte, avec d’une part un volet quantitatif, descriptif et analytique observationnel, prospectif en soins courants, monocentrique pendant 2 mois consécutifs (du 5 septembre au 27 octobre 2013 inclus), et avec d’autre part un volet qualitatif par entretiens semi-structurés auprès des médecins traitants de ces mêmes patients. Sur 92 passages aux urgences, correspondant à 90 patients, 66 ont été inclus, 51 ont pu être recontactés à 6 mois, et 20 médecins traitants ont été interviewés. RÉSULTATS. Estimation d’incidence annuelle de 432 admissions aux urgences pour tentative de suicide (108/100 000 habitants). Comparativement à la population martiniquaise, on retrouve une surreprésentation féminine, avec deux pics d’âges (18-30 ans et 45-59 ans), d’individus célibataires, séparés ou divorcés, vivant en collectivité, inactifs (hors étudiants et retraités) ou au chômage. Concernant les actifs ayant un emploi, on constate une surreprésentation d’employés et d’artisans-commerçants-chefs d’entreprises, mais aussi de cadres-professions intellectuelles supérieures. Les ouvriers sont très discrètement surreprésentés. Il s’agit d’une population précaire : quasiment 1 individu sur 2 (45%) de cet échantillon bénéficie de la CMU-C, 1 personne sur 3 bénéficie du RSA (33%). Près de 50% des patients ont réalisé plus d’une tentative de suicide au cours de leur vie. Environ 50% rapportent des antécédents psychiatriques, l’échelle HAD objective 53% d’épisodes dépressifs majeurs à l’inclusion et 31,1% au rappel à 6 mois. Près des deux tiers de cette population rapporte des antécédents d’événements de vie à potentiel traumatique, dont 39% de violences physiques et 30% de violences sexuelles. Le mode opératoire le plus fréquent est l’intoxication médicamenteuse (70%), puis la phlébotomie (13%). Les femmes passent plus souvent à l’acte sous la forme d’intoxications médicamenteuses ou de phlébotomie, dans des contextes de conflits conjugaux et de deuils. Les passages à l’acte plus violents (pendaison, immolation, défenestration) concernent exclusivement des hommes dans cet échantillon, dans des contextes de difficultés financières et de ruptures sentimentales. Le taux de réitération d’idéations suicidaires à 6 mois est de 47%, le taux de réitération de tentative de suicide à 6 mois est de 11,7%. A la comparaison selon le statut vis à vis de la réitération, la régression logistique fait ressortir une corrélation positive entre l’antécédent d’agression sexuelle et le statut de récidivant (P=0,02 ; OR=5,6 ; IC95%=1,3-24,4 ; R²=0,158). A la comparaison selon le mode d’admission, la régression logistique fait ressortir une corrélation positive entre un antécédent d’hospitalisation en psychiatrie et le fait d’être admis aux urgences sous la forme d’idéations suicidaires (p=0,0011 ; OR=17,2 ; IC95% : 3,1-95,4 ; R²=0,280), et une corrélation négative entre le nombre de tentatives de suicide antérieures et le fait d’être admis aux urgences pour idéations suicidaires (p=0,0078 ; OR=0,2 ; IC95% : 0,06-0,7 ; R²=0,280). La prise en charge en médecine générale est très difficile, notamment au niveau de l’orientation vers la psychiatrie. L’évaluation du risque suicidaire est souvent approximative. La demande pour un réseau coordonnée ainsi qu’une formation spécifique est forte. CONCLUSION. Des propositions sont faites pour améliorer la prévention du suicide en Martinique, dans l’attente des résultats de l’étude multicentrique APSOM et du baromètre-santé-DOM-2014. Comme conseillées par l’Observatoire National du Suicide, des études qualitatives et notamment sociologiques seraient également nécessaires.
Complete list of metadatas

Cited literature [151 references]  Display  Hide  Download

https://dumas.ccsd.cnrs.fr/dumas-01314114
Contributor : Pointe À Pitre Bhu <>
Submitted on : Tuesday, May 10, 2016 - 6:44:11 PM
Last modification on : Monday, April 6, 2020 - 11:55:27 PM

Identifiers

  • HAL Id : dumas-01314114, version 1

Collections

Citation

Étienne Vacher. Étude POSTA : Tome 1 : vers la prévention active et communautaire du suicide en Martinique. Psychiatrie et santé mentale. 2015. ⟨dumas-01314114⟩

Share

Metrics

Record views

263

Files downloads

251